IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Vous ne pouvez pas avoir d'applications Google sur votre téléphone Huawei parce que Donald Trump l'a dit
Google dissipe la confusion et parle des produits Huawei concernés

Le , par Stéphane le calme

156PARTAGES

8  0 
Si vous avez un téléphone Huawei lancé après le 16 mai de l'année dernière, vous devrez vivre sans application Google telle que Gmail, YouTube et Google Maps - même le Play Store. Connu collectivement sous le nom de Google Mobile Services, Huawei n'a pas le droit d'obtenir une licence de Google pour utiliser son logiciel. .

Les restrictions sont en place pour les utilisateurs de Huawei car le gouvernement américain a placé Huawei sur liste noire. Aux États-Unis, toutes les entreprises, y compris Google, sont interdites d'avoir des relations avec toute entreprise figurant sur cette liste. Google explique que cela signifie qu'il « est interdit de travailler avec Huawei sur de nouveaux modèles d'appareils ou de fournir des applications de Google, notamment Gmail, Maps, YouTube, le Play Store et autres pour le préchargement ou le téléchargement sur ces appareils ».

Selon Google, il y a encore beaucoup de confusion autour de ce qui se passe, mais aussi sur les produits Huawei qui n’ont plus l’autorisation d’utiliser des services Google. Dans un billet de blog, Tristan Ostrowski, Android & Play Legal Director en a dit un peu plus sur la situation :

« Le 16 mai 2019, le gouvernement américain a placé Huawei sur son Entity List. Cette action gouvernementale interdit à toutes les entreprises américaines, y compris Google, de collaborer avec Huawei.

« Cela signifie qu'il est interdit à Google de travailler avec Huawei sur de nouveaux modèles d'appareils ou de fournir des applications de Google, notamment Gmail, Maps, YouTube, le Play Store et autres, pour le préchargement ou le téléchargement sur ces appareils.

« Notre objectif a été de protéger la sécurité des utilisateurs de Google sur les millions d'appareils Huawei existants dans le monde. Nous avons continué à travailler avec Huawei, conformément aux réglementations gouvernementales, pour fournir des mises à jour de sécurité et des mises à jour des applications et services de Google sur les appareils existants, et nous continuerons à le faire aussi longtemps que cela est autorisé. Pour être clair: la loi américaine autorise actuellement Google à ne travailler avec Huawei que sur les modèles d'appareils disponibles au public au plus tard le 16 mai 2019.

« Nous avons continué de recevoir un certain nombre de questions sur les nouveaux appareils Huawei (par exemple, les nouveaux modèles lancés maintenant ou les modèles antérieurs lancés après le 16 mai 2019 mais maintenant disponibles dans de nouvelles régions du monde) et si les applications et services de Google peuvent être utilisés sur ces appareils. Nous voulions fournir des conseils clairs à ceux qui posaient ces questions importantes ».

Et l’entreprise a mis en exergue la déclaration suivante : « En raison de restrictions gouvernementales, les applications et services de Google ne sont pas disponibles pour la précharge ou la charge latérale sur les nouveaux appareils Huawei ».


Le billet de blog continue comme suit :

« Pour protéger la confidentialité des données des utilisateurs, la sécurité et sauvegarder l'expérience globale, le Google Play Store, Google Play Protect et les principales applications de Google (y compris Gmail, YouTube, Maps et autres) ne sont disponibles que sur les appareils certifiés Play Protect.

« Les appareils certifiés Play Protect passent par un examen de sécurité et un processus de test de compatibilité rigoureux, effectués par Google, pour garantir la sécurité des données utilisateur et des informations sur les applications. Ils proviennent également de l'usine avec notre logiciel Google Play Protect, qui offre une protection contre l'appareil compromis.

« Il s'agit de notre approche de longue date en matière de sécurité et de confidentialité des utilisateurs et elle est appliquée de manière cohérente dans tous les fabricants d'appareils.

« En raison des restrictions gouvernementales décrites ci-dessus, les nouveaux modèles d'appareils Huawei mis à la disposition du public après le 16 mai 2019 n'ont pas pu passer par ce processus de sécurité et ils n'auront pas préchargé Play Protect. Par conséquent, ils sont considérés comme "non certifiés" et ne pourront pas utiliser les applications et les services de Google.

« En outre, les applications Google téléchargées latéralement ne fonctionneront pas de manière fiable, car nous ne permettons pas à ces services de s'exécuter sur des appareils non certifiés où la sécurité peut être compromise. Le chargement latéral des applications de Google comporte également un risque élevé d'installer une application qui a été modifiée ou falsifiée de manière à compromettre la sécurité des utilisateurs.

« Pour vérifier si votre appareil est certifié, ouvrez l'application Google Play Store sur votre téléphone Android, appuyez sur "Menu" et recherchez "Paramètres". Vous verrez si votre appareil est certifié sous "Certification Play Protect" ».

En somme, les produits Huawei commercialisés au plus tard le 16 mai 2019 peuvent continuer à bénéficier de ces mises à jour pour l'instant. Mais tous ceux qui sont arrivés plus tard sont considérés comme « non certifiés », car Google n'a pas été en mesure de soumettre ces appareils à ses contrôles de sécurité « rigoureux » et le logiciel Google Play Protect, qui peut détecter quand un matériel a été compromis, n’y est pas préchargé.

Mais Google a un avertissement pour les clients possédant des produits Huawei plus récents: n'essayez pas de charger Gmail, YouTube, le Play Store ou d'autres logiciels Google sur ces appareils non certifiés (sous-entendu hors de Google Play) étant donné que l'entreprise ne peut pas garantir s’il s’agit des applications originales ou si elles sont exemptes de logiciels malveillants.

Google essaie d'éviter le côté politique de la chose, tout en dissuadant le public de passer par un téléchargement latéral pour garder l'accès aux services populaires de l'entreprise.

Source : Google

Et vous ?

Disposez-vous d'un téléphone Huawei ?
Si non, un téléphone Android sans les services Google est-il susceptible de vous intéresser quand même ?
Que pensez-vous du conseil de Google de ne pas télécharger ses applications en dehors de Google Play ?
En faire un billet sur son forum d'aide constituerait-il la meilleure communication pour le grand public sur la situation ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 16/07/2020 à 9:32
Huawei voudrait court-circuiter les approvisionnements d'entreprises US via la juridiction US sur les brevets,
afin de lutter contre l'administration Trump qui l'a écarté du marché de l'infrastructure réseau

Mettre Huawei sur liste noire l'a peut-être empêché de profiter des licences sur une technologie américaine critique, mais Huawei cherche à générer des revenus par d'autres moyens. Huawei a déposé des demandes de violation de brevet contre Verizon ainsi que pour des produits que Verizon acquiert auprès d'autres sociétés américaines telles que Cisco et Hewlett-Packard ; Huawei exige le paiement de royalties pour des centaines de brevets. Les brevets de Huawei ne sont pas nécessairement utilisés dans les produits des entreprises, mais Huawei est autorisé à utiliser le processus juridique pour contraindre le tribunal à se pencher sur les informations confidentielles de Verizon et de ses fournisseurs. Des observateurs pensent que Huawei pourrait alors utiliser illégalement ces données pour enrichir ses connaissances sur les produits et technologies de ses concurrents.

Pour ne rien arranger, un changement de politique des États-Unis sur les technologies standardisées a involontairement suralimenté le jeu de brevets de Huawei, donnant la possibilité au Chinois de revenir sur ses engagements antérieurs d'accorder des licences équitables sur ses brevets. Cela pourrait empêcher les titulaires de licence en aval d'expédier et de vendre des produits, ce qui pourrait nuire à de nombreuses entreprises américaines.

En ce qui concerne l'industrie mobile, l'analyste Richard Windsor explique que si la 5G était un avion, les brevets des moteurs, les ailerons et les ailes (les brevets essentiels standard ou SEP) sont détenus par Qualcomm, Nokia et Ericsson tandis que Huawei détient les brevets pour les chariots de boissons ainsi que pour les sièges. En 2019, Nokia a généré 740 millions de dollars de revenus en royalties ; Ericsson, environ 800 millions de dollars. Le seul chiffre comparable pour Huawei est un « gain / (perte) net » de 98 millions de dollars pour 2018, noté dans ses états financiers. Ce chiffre montre la faible valeur des brevets de Huawei.

Cependant, bien que tous les brevets ne soient pas égaux, les titulaires de brevets ont un accès égal aux tribunaux américains. En tant que tel, Huawei, récemment considéré comme une société-écran pour l'armée chinoise, utilise ses brevets de manière spéculative alors qu'il fait face à un éventail d'accusations : vol de secrets commerciaux, fraude électronique et obstruction à la justice ; blanchiment d'argent, complot en vue de frauder les États-Unis et violations des sanctions ; et complot de racket et complot pour voler des secrets commerciaux.


Les technologies standardisées utilisées dans de nombreuses entreprises et produits (5G, Bluetooth, WiFi, etc.) sont basées sur les propriétaires de brevets qui acceptent volontairement de concéder sous licence leurs brevets en vertu des accords FRAND (équitables, raisonnables et non discriminatoires). Les propriétaires de brevets adoptent cette structure, car elle leur permet de tirer des revenus de leurs brevets tandis que d'autres entreprises paient des frais pour mettre en œuvre la norme (souvent de manière innovante, en générant des produits plus nombreux, différents et meilleurs pour le consommateur). Mais FRAND et d'autres accords de bonne foi contraignent également les titulaires de SEP, les empêchant de s'engager dans des pratiques de licence discriminatoires telles que refuser à un concurrent l'accès à la technologie. Une fois qu'un accord FRAND est conclu, les titulaires de brevets ne peuvent plus reculer et retenir captives les entreprises en refusant d'accorder une licence. Comme l'explique Michael Rosen, avocat plaidant en matière de brevets et associé à l'American Enterprise Institute, « les propriétaires de SEP sont, par définition, obligés de négocier de bonne foi pour fournir une licence aux conditions FRAND. S'ils abusent de leurs obligations FRAND, ils ne devraient pas avoir le droit d'en récolter les bénéfices ».

Auparavant, la politique américaine obligeait en fait les titulaires de SEP à tenir leurs accords FRAND. Cependant, la nouvelle politique publiée conjointement en 2019 par le ministère de la Justice (DOJ), le US Patent and Trademark Office (USPTO) et le National Institute of Standards and Technology (NIST), modifie l'équilibre des pouvoirs entre le propriétaire et le licencié du SEP en supprimant d'importants obstacles juridiques au refus d'un titulaire de brevet de concéder sous licence ses brevets à des concurrents ou à des fournisseurs de composants. Huawei, malheureusement, est susceptible de militariser ce changement pour punir les entreprises américaines. En outre, Huawei peut également refuser d'accorder des licences à des fournisseurs de composants tiers pour les entreprises américaines, voire demander une injonction pour fermer efficacement les chaînes d'approvisionnement pour les produits américains.

Il est probable que l'administration Trump n'avait tout simplement pas réfléchi à la manière dont Huawei retournerait la loi américaine sur les brevets contre les entreprises américaines, car le président Donald Trump et son équipe ont constamment mené la charge pour débarrasser les infrastructures de communication aux États-Unis et chez leurs alliés du contrôle des entreprises chinoises, en particulier en ce qui concerne la 5G. Néanmoins, le Ministère pourrait étouffer cette initiative de l'entreprise chinoise dans l’œuf en clarifiant quelles parties peuvent demander une licence et en interdisant que des injonctions soient introduites par des parties qui ont accepté un engagement FRAND. Dans cette optique, les Sénateurs Marco Rubio (R-FL) et John Cornyn (R-TX) ont proposé des projets de loi pour empêcher Huawei (et potentiellement toute entreprise ajoutée à la liste noire) d'abuser de ces avantages qui sont censés profiter aux acteurs légitimes du marché.

Source : nouvelle politique sur les brevets, analyse de Richard Windsor, analyse de Bird&Bird, chefs d'accusation contre Huawei au sein du ministère de la Justice (vol de secrets commerciaux, fraude électronique et obstruction à la justice; blanchiment d'argent, complot en vue de frauder les États-Unis et violations des sanctions; et complot de racket et complot pour voler des secrets commerciaux), proposition de loi des Sénateurs

Et vous ?

Que pensez-vous de cette stratégie ?
14  1 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 16/05/2020 à 13:44
Les États-Unis tentent de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de puces,
alors que la Chine envisage des représailles

Le président Donald Trump a signé en mai 2019 un décret établissant les bases pour empêcher des entreprises de télécommunications chinoises telles que Huawei de vendre du matériel aux États-Unis, visant à neutraliser la capacité de Beijing à compromettre les réseaux sans fil et les systèmes informatiques américains de la prochaine génération. L’ordonnance interdit l’achat ou l’utilisation de toute technologie de communication produite par des entités contrôlées par « un adversaire étranger » et susceptible de créer un « risque de sabotage indu » des systèmes de communication américains ou des «effets catastrophiques» sur l’infrastructure américaine.

Suite à cette décision, Google a décidé de ne plus fournir de logiciels, de matériel informatique ou service technique à Huawei à l’exception des services disponibles en open source. L'éditeur d'Android a toutefois assuré que Google Play et les protections de sécurité de Google Play Protect continueront de fonctionner sur les appareils Huawei existants. En plus d’être coupé du système d’exploitation le plus vendu au monde, Huawei a vu certains des principaux concepteurs et fournisseurs de puces au monde suspendre également leurs relations commerciales jusqu’à nouvel ordre. Et récemment, la Maison-Blanche a prolongé un décret signé en mai 2019 et interdisant aux entreprises américaines d'utiliser des équipements de télécommunications fabriqués par des entreprises « présentant un risque pour la sécurité nationale », parmi lesquelles figurent Huawei ou encore ZTE.

Les USA vont encore plus loin. Vendredi dernier, l’administration Trump a décidé de bloquer les expéditions de semi-conducteurs vers Huawei Technologies par les fabricants de puces, non seulement aux USA, mais dans tout le monde entier. Le département américain du Commerce a déclaré qu’il modifiait une règle d’exportation pour « cibler stratégiquement l’acquisition de semi-conducteurs par Huawei qui sont le produit direct de certains logiciels et technologies américains ». Le ministère a ajouté que « l’annonce met fin aux efforts de Huawei pour saper les contrôles à l’exportation des États-Unis ».


Rappelons que les États-Unis tentent aussi de convaincre leurs alliés d’exclure les équipements Huawei des réseaux 5G de prochaine génération au motif que son équipement pourrait être utilisé par la Chine pour espionner. Bien-sûr, Huawei a, à plusieurs reprises, nié ces allégations. Selon le Département américain du Commerce, Huawei a continué d’utiliser des logiciels et des technologies américains pour concevoir des semi-conducteurs bien qu’il ait été placé sur une liste noire en mai 2019.

Une nouvelle règle, dévoilée par le Département du Commerce, élargit l'autorité américaine pour exiger des licences pour la vente à Huawei de semi-conducteurs fabriqués à l'étranger avec la technologie américaine, élargissant considérablement sa portée pour arrêter les exportations vers l'équipementier chinois. « Cette action fait passer l'Amérique en premier, les entreprises américaines en premier et la sécurité nationale américaine en premier », a déclaré un haut responsable du Département du Commerce. La plupart des fabricants de puces s’appuient sur des équipements produits par des sociétés américaines comme KLA, Lam Research et Applied Materials, selon un rapport publié l’an dernier par la société chinoise Everbright Securities.

La réaction de la Chine a été rapide, avec un rapport publié vendredi par le Global Times, un quotidien chinois, indiquant que Pékin était prêt à placer les entreprises américaines sur une "liste d'entités non fiables", dans le cadre de contre-mesures en réponse aux nouvelles limites imposées à Huawei. « La Chine prendra des contre-mesures énergiques pour protéger ses propres droits légitimes », si les États-Unis vont de l'avant avec le plan visant à empêcher les fournisseurs essentiels de puces, y compris TSMC basé à Taiwan, de vendre des puces à Huawei, a déclaré une source au Global Times dans une interview exclusive.

Les mesures comprennent l'ajout de sociétés américaines à la "liste d'entités non fiables" de la Chine, l'imposition de restrictions ou le lancement d'enquêtes sur des sociétés américaines comme Qualcomm, Cisco et Apple conformément aux lois et règlements chinois comme les mesures d'examen de la cybersécurité et la loi anti-monopole, et la suspension des achats d'avions de Boeing.

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de ces nouvelles mesures prises par les USA et la réaction de la Chine ?
Selon vous, Huawei pourra-t-il s'en sortir sans les semi-conducteurs du reste du monde ?

Voir aussi

Trump signe un décret pavant le chemin vers le blocage d'Huawei aux USA, la France assure qu'elle n'a pas l'intention de faire la même chose

La Chine pourrait placer Apple et autres entreprises US sur une « liste d'entités non fiables » comme une contre-mesure au blocage de Huawei aux USA

UOS Linux : faites la connaissance du nouvel OS chinois capable de « booter en 30 s » sur des processeurs locaux et sur lequel le pays compte pour remplacer Windows

Apple et Foxconn auraient enfreint le droit du travail en Chine pour fabriquer les nouveaux iPhone qui doivent sortir bientôt, rapporte China Labor Watch dans son récent rapport
9  0 
Avatar de Stan Adkens
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 19/05/2020 à 8:32
La Chine injecte 2,2 milliards de dollars dans une entreprise locale de fabrication de puces,
Alors que Washington tente de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de semi-conducteurs

La Chine continue de multiplier des manœuvres pour réduire sa dépendance à l'égard de la technologie américaine. Alors que Washington est en train de resserrer ses restrictions technologiques à l'égard de ce pays et de ses entreprises technologiques, les fonds soutenus par l'État chinois ont injecté 2,25 milliards de dollars dans une usine de fabrication de plaquettes de Semiconductor Manufacturing International Corp. (SMIC), l'un des principaux producteurs de semi-conducteurs de Chine, pour soutenir la fabrication de puces avancées, a rapporté Bloomberg.

Le capital social de l'usine de Semiconductor Manufacturing International Corp. passe par conséquent de 3,5 à 6,5 milliards de dollars après l'investissement, a déclaré la société dans une annonce publiée en chinois vendredi. La participation du fabricant de puces dans l'usine de Shanghai passera de 50,1 % à 38,5 %, selon Bloomberg. L'usine a une capacité de production de 6 000 plaquettes de 14 nanomètres par mois et prévoit de la porter à 35 000, soit une augmentation d’environ six fois.


SMIC est l'une des nombreuses entreprises de fabrication de puces qui incarnent l'espoir de Pékin de créer une industrie de semi-conducteurs autonome et de classe mondiale. La société cotée à Hong Kong, un fabricant de puces sur lequel Pékin compte pour réduire sa dépendance à l'égard de la technologie américaine, prévoyait un peu plus tôt ce mois une vente de jusqu'à 1,69 milliard de nouvelles actions sur le marché de Shanghai, selon Bloomberg.

SMIC prévoyait d'utiliser les recettes de cette vente pour développer la fabrication de puces de nouvelle génération afin d'essayer de concurrencer Intel Corp. et Taiwan Semiconductor Manufacturing Co. (TSMC). Cet effort intervient à un moment où l'administration Trump se préparait à renforcer les restrictions sur la vente de technologies à la Chine, menaçant de refuser aux entreprises nationales comme SMIC ou Huawei Technologies Co. l'accès à des composants et circuits essentiels.

« Stratégiquement, nous pensons que le SMIC coupe progressivement ses liens avec les marchés financiers américains, alors que la tension entre les États-Unis et la Chine s'intensifie à cause du Covid-19 et qu'un nouveau cycle de guerre commerciale se prépare », avaient écrit les analystes de Bernstein dans une note, d’après Bloomberg.

Washington a modifié ses règles pour empêcher Huawei de concevoir et de produire ses propres puces

Ce nouvel investissement chinois intervient alors que Washington a pris des mesures pour empêcher les ventes à Huawei Technologies par des fabricants de puces utilisant la technologie américaine. Le ministère du Commerce a déclaré vendredi qu'il exigerait des licences avant d'autoriser l'utilisation de la technologie américaine par l'entreprise chinoise ou ses 114 filiales, dont son unité de conception de puces HiSilicon.

Dans un communiqué publié le 13 mai, la Maison-Blanche a décidé de prolonger un décret signé en mai 2019 qui interdit aux entreprises américaines d'utiliser des équipements de télécommunications fabriqués par des entreprises « présentant un risque pour la sécurité nationale », parmi lesquelles figurent Huawei ou encore ZTE. Selon l’administration Trump, « les technologies ou de services d'information et de communication conçus, développés, fabriqués ou fournis par des personnes détenues, contrôlées ou soumises à la juridiction ou à la direction d'adversaires étrangers » comme Huawei et ses filiales continuent de constituer une menace contre les Etats-Unis. Pour cette raison, l'urgence nationale déclarée le 15 mai 2019 doit se poursuivre jusqu’en 2021.


Les actions de la Maison-Blanche ne se sont pas arrêtées là, la semaine dernière. Vendredi dernier, elle a décidé de bloquer les expéditions de semi-conducteurs vers Huawei Technologies par les fabricants de puces, non seulement aux USA, mais dans tout le monde entier. Le département américain du Commerce a déclaré qu’il modifiait une règle d’exportation pour « cibler stratégiquement l’acquisition de semi-conducteurs par Huawei qui sont le produit direct de certains logiciels et technologies américains ». Le ministère a ajouté que « l’annonce met fin aux efforts de Huawei pour saper les contrôles à l’exportation des États-Unis ».

Ce changement de règle élargit l'autorité américaine pour exiger des licences pour la vente à Huawei de semi-conducteurs fabriqués à l'étranger avec la technologie américaine, élargissant considérablement sa portée pour arrêter les exportations vers l'équipementier chinois. « Cette action fait passer l'Amérique en premier, les entreprises américaines en premier et la sécurité nationale américaine en premier », a déclaré un haut responsable du Département du Commerce. La plupart des fabricants de puces s’appuient sur des équipements produits par des sociétés américaines comme KLA, Lam Research et Applied Materials, selon un rapport publié l’an dernier par la société chinoise Everbright Securities.

La Chine a réagi spontanément à cette décision avec un rapport publié le même vendredi par le biais de Global Times, un quotidien chinois, indiquant que Pékin était prêt à placer les entreprises américaines sur une "liste d'entités non fiables", dans le cadre de contre-mesures en réponse aux au plan américain visant à bloquer les livraisons de semi-conducteurs à Huawei. La Chine a également déclaré être prête à lancer des enquêtes, à imposer des restrictions à des sociétés américaines telles qu'Apple, et à arrêter l'achat d'avions Boeing, d’après le quotidien chinois.

Tous les fabricants de puces du monde, y compris TSMC et SMIC, ont besoin de l'équipement des entreprises américaines pour fabriquer des puces pour tout, des smartphones aux superordinateurs. Mais la dernière mesure touche TSMC de manière disproportionnée, car elle compte sur Huawei pour environ 10 % de ses revenus, selon les estimations de Bloomberg.

« Nous suivons de près le changement des règles d'exportation américaines », a déclaré la TSMC dans un communiqué, suite à la décision américaine. « La chaîne d'approvisionnement de l'industrie des semi-conducteurs est extrêmement complexe, et est desservie par un large éventail de fournisseurs internationaux. Faisant partie de l'écosystème mondial des semi-conducteurs, TSMC entretient des collaborations à long terme avec des partenaires d'équipement du monde entier, y compris ceux situés aux États-Unis ».

« La Chine prendra des contre-mesures énergiques pour protéger ses propres droits légitimes », si les États-Unis vont de l'avant avec le plan visant à empêcher les fournisseurs essentiels de puces, y compris TSMC basé à Taiwan, de vendre des puces à Huawei, a déclaré une source au Global Times dans une interview exclusive.

Avec ce nouvel investissement, la Chine parie sur le fabricant de puces local pour pouvoir réduire la dépendance du pays à l'égard de la technologie américaine. Huawei a pris un bon nombre de décisions stratégiques pour aller de l’avant alors que les mesures de restrictions américaines persistent et qu’il est privé des ressources comme les applications Google sur ses smartphones. Mais jusqu’à quand ses premières puces seront-elles exportées à partir de ses propres usines ?

Source : Bloomberg

Et vous ?

Que pensez-vous du nouvel investissement chinois ?
Selon vous, cette initiative pourra-t-elle permettre à la Chine d’être à l’avenir indépendante de la technologie américaine ?

Lire aussi

La Maison Blanche prolonge d'un an son décret mettant Huawei et ZTE sur liste noire, gelant ainsi leurs relations commerciales avec des entreprises américaines
Les États-Unis tentent de couper Huawei des fournisseurs mondiaux de puces, alors que la Chine envisage des représailles
La Chine pourrait placer Apple et autres entreprises US sur une « liste d'entités non fiables » comme une contre-mesure au blocage de Huawei aux USA
Les USA ont-ils sous-estimé la capacité de Huawei à surmonter leur sanction ? Cela ne va-t-il pas encourager des alternatives à Play Store ?
9  0 
Avatar de Jeff_67
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 9:10
La conduite la plus raisonnable à tenir vis-à-vis de Huawei est de lui imposer les mêmes règles qu'aux entreprises européennes qui veulent travailler en Chine : JV avec un partenaire local qui détient 51% des parts, usines de production situées en Europe, 2/3 des pièces d'origine européenne, etc...
9  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 07/02/2021 à 11:09
Le Conseil constitutionnel valide la loi « anti-Huawei » pour sécuriser la 5G,
malgré la contestation des opérateurs télécoms français SFR et Bouygues Telecom

L’urgence de la transition vers la technologie 5G et l’inquiétude liée aux risques potentiels de sécurité que pourraient poser les équipements de certains constructeurs, en l’occurrence le chinois Huawei, ont motivé l’émergence d’un texte de loi en France. C’est ainsi qu’un projet de loi, initié à l’Assemblée nationale en avril 2019 et visant à sécuriser cette nouvelle technologie ultra-rapide, a été publié par le gouvernement au Journal officiel.

Les réseaux 5G introduisent la rapidité dans les secteurs stratégiques tels que le domaine de mobilité, l'e-santé, l'industrie, la robotique, et bien d’autres. Mais les suspicions autour d’un des acteurs majeurs de cette technologie, le chinois Huawei, ont poussé plusieurs pays à prendre des mesures dans l’intérêt de la sécurité nationale. C’est dans ce contexte que la France a adopté une loi qui s’étend à tous les fournisseurs d’équipements 5G, mais qui a parfois été présentée comme une loi anti-Huawei, pour contraindre le seul équipementier chinois à entrer dans un moule réglementaire plus stricte afin de protéger le pays, si les accusations d’espionnage dont fait l’objet Huawei s’avèrent exactes.

« Notre niveau d’exposition aux risques devient un peu plus important. Il faut donc faire évoluer le périmètre pour s’assurer que les usages puissent se dérouler dans de bonnes conditions », avait dit le député LaREM, Eric Bothorel, lors de l’initiation du projet de loi à l’Assemblée nationale. Mais la loi française dont « Le but étant de valider le choix de l'équipementier réseau 5G des opérateurs » est taxée de vouloir écarter le géant des télécommunications chinois Huawei de la compétition pour le déploiement du 5G en France.

Selon le directeur de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information, le texte évite de discriminer une entreprise en particulier. Si des doutes sont plus ou moins saillants d’un industriel à l’autre, pour Guillaume Poupard, « Se focaliser sur un seul équipementier, c’est une erreur, très clairement ». D’après lui, un acte d’espionnage et de piratage peut tout aussi bien se passer sur un autre matériel, indépendamment de sa provenance.

Concrètement, la loi couvre tous les appareils installés depuis le 1er février 2019 en France et prévoit un « régime d’autorisation préalable, fondé sur des motifs de défense et sécurité nationale, des équipements de réseaux ». Éclairé par ses services spécialisés, le Premier ministre dira « s’il existe un risque sérieux d’atteinte aux intérêts de la défense et de la sécurité nationale » avec tel équipement ou tel logiciel.

La proposition de loi « 5G » a finalement été adoptée en commission mixte paritaire en août 2019.


La loi prévoit également que, chaque année à partir du 1er juillet 2020, le gouvernement remettra au parlement un rapport sur l’application du régime d’autorisation préalable. Le rapport en question analysera les effets de ce régime sur les opérateurs, et le rythme et le coût du déploiement des équipements en 4G et 5G en France. Il évaluera aussi le nombre d’appareils n’ayant pas pu être installés ou ayant dû être retirés à la suite d’une décision de refus.

La loi a été contestée par les opérateurs télécoms français SFR et Bouygues Telecom, qui ont bâti pour moitié leur réseau mobile avec Huawei. Ils ont déposé des questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) face au préjudice lié aux fortes restrictions imposées à l'équipementier chinois sur le marché de la 5G.

Bouygues Telecom a ainsi expliqué qu'il allait devoir retirer 3 000 antennes Huawei d'ici à 2028 dans les zones très denses en population, et qu'il avait interdiction d'utiliser des antennes Huawei pour la 5G à Strasbourg, Brest, Toulouse et Rennes.

Mais le gouvernement a indiqué début septembre qu'il n'était pas prévu « qu'il y ait des indemnisations [versées aux opérateurs] pour les décisions qui ont été prises » au sujet de Huawei, contrairement à d'autres pays.

Le Conseil constitutionnel a validé, vendredi 5 février, les dispositifs législatifs « anti-Huawei » :

« Article 1er. - Le premier alinéa du paragraphe I de l'article L. 34-11 du code des postes et des communications électroniques, dans sa rédaction issue de la loi n° 2019-810 du 1er août 2019 visant à préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l'exploitation des réseaux radioélectriques mobiles, et les mots « et le fait que l'opérateur ou ses prestataires, y compris par sous-traitance, est sous le contrôle ou soumis à des actes d'ingérence d'un État non membre de l'Union européenne » figurant au second alinéa de l'article L. 34-12 du même code, dans la même rédaction, sont conformes à la Constitution.

« Article 2. - Cette décision sera publiée au Journal officiel de la République française et notifiée dans les conditions prévues à l'article 23-11 de l'ordonnance du 7 novembre 1958 susvisée. »

Source : décision du Conseil constitutionnel

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision ?
9  0 
Avatar de Patrick Ruiz
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 14/07/2020 à 22:16
Le Royaume-Uni annonce le retrait total des équipements de Huawei de son réseau 5G d’ici à 2027
S’alignant ainsi sur la position de Donald Trump sur la Chine

La campagne mondiale des États-Unis pour empêcher ses alliés les plus proches d'utiliser Huawei n’avait jusqu’ici pas porté de fruits ; du moins, pour ne citer que le cas du Royaume-Uni qui, au mois de janvier de l’année en cours, a autorisé l’entreprise chinoise à participer au déploiement de la 5G sur son territoire. On est désormais en plein revirement puisque le gouvernement britannique annonce le retrait total des équipements de Huawei de son réseau 5G d’ici à 2027. Le Royaume-Uni finit par s’aligner sur la position de Donald Trump sur la Chine.

Les équipements de réseau de Huawei vont être retirés des réseaux 5G du Royaume-Uni. Les opérateurs de télécommunications ne seront pas autorisés à acheter de nouveaux équipements de télécommunications 5G à la société chinoise à partir de janvier prochain. Ils disposent de sept ans pour retirer la technologie existante du constructeur chinois de leur infrastructure 5G. Voilà en substance le contenu de la récente annonce du gouvernement britannique au sujet de ses choix en matière de déploiement de la technologie 5G sur son territoire.

On part donc d’une situation où Huawei plafonne à 35 % de parts de marché (avec des équipements écartés de parties centrales du réseau ou de zones géographiquement sensibles) à une autre où l’entreprise va voir ses équipements complètement retirés des réseaux 5G du pays. La décision va retarder le déploiement de la 5G de deux à trois ans et introduire des dépenses additionnelles estimées à 2,5 milliards de dollars.

Au cours des derniers mois, le gouvernement britannique a subi une pression croissante, tant à l’internationall, pour que Huawei soit totalement mis en touche. Cette pression tire ses racines des craintes des experts en sécurité que les équipements de Huawei constituent un risque pour la sécurité nationale en permettant à Pékin d'espionner les pays occidentaux. La pression internationale est venue principalement des États-Unis. Depuis mai 2019, Huawei est sur une liste d’entités qui ne peuvent pas se fournir en technologies auprès des entreprises américaines.

Au mois de mai de l’année en cours, les USA ont même durci leur position en annonçant de nouvelles sanctions contre Huawei. En vertu de ces nouvelles mesures qui doivent entrer en vigueur en septembre, Huawei et ses fournisseurs (comme le fabricant de puces TSMC) ne peuvent pas utiliser la technologie américaine pour concevoir ou produire les produits de Huawei. C’est notamment sur cette dernière mesure que la décision du Royaume-Uni de se passer de Huawei s’appuie. Son application implique, d’après un rapport du service de renseignements électroniques du Royaume-Uni, que l’impossibilité pour Huawei de faire usage de la technologie américaine signifie que les équipements du constructeur chinois sont douteux du point de vue de la sécurité.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a également subi des pressions de l'intérieur de son propre parti. Le gouvernement a essuyé la plus grande défaite de son mandat actuel en mars dernier. 38 députés conservateurs votaient contre le gouvernement en faveur d'un amendement demandant la fin de l'utilisation d'équipements Huawei dans les réseaux 5G du pays d'ici 2023. Bien que le gouvernement a remporté le vote, l'incident a mis la pression sur le premier ministre britannique pour qu'il adopte une position plus ferme.


En réponse à la nouvelle, un porte-parole de Huawei a qualifié la décision de décevante et a déclaré que la société est confiante que les nouvelles sanctions américaines n'affecteront pas la résilience ou la sécurité des produits qu’elle fournit au Royaume-Uni. Il a jouté que ces sanctions étaient motivées par la politique commerciale américaine plutôt que par la sécurité et a exhorté le gouvernement britannique à reconsidérer sa décision.

La manœuvre devrait toutefois profiter à Nokia et Ericsson qui sont les deux autres principaux fournisseurs de kits 5G.

« Nous avons la capacité et l'expertise nécessaires pour remplacer tout l'équipement Huawei des réseaux britanniques à l'échelle et à la vitesse voulues, ce, avec un impact minimal sur les personnes qui utilisent les réseaux de nos clients », a déclaré Nokia.

« Cette décision lève l'incertitude qui ralentissait les investissements autour du déploiement de la 5G au Royaume-Uni et nous sommes prêts à travailler avec les opérateurs britanniques pour respecter leur calendrier », a ajouté Ericsson.

Le gros bémol derrière est qu’il s’agit d’entreprises qui fabriquent leurs équipements en Chine, ce qui dans la logique devrait aussi poser problème aux USA. En juin, le ministère américain de la défense a publié une liste de 20 sociétés qui, selon lui, avaient des liens étroits avec l'armée chinoise. Parmi elles figurait Panda Electronics, la société avec laquelle Ericsson dirige une usine de fabrication dans la ville chinoise de Nanjing.

Sources : gov.uk, Reuters 1, 2, 3

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette décision ?

Voir aussi :

5G en Europe : Stéphane Richard, le PDG d'Orange, s'oppose à l'exclusion de Huawei, une réponse au Commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton
Très critiquée, la loi « anti-Huawei » pour sécuriser la 5G est désormais une réalité, mais elle ne discrimine pas un équipementier en particulier
Le blocus Huawei de Trump fléchit en Europe, qui ne veux pas prendre de retard dans le déploiement de la 5G
8  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 18/07/2020 à 13:20
La démocratie n'est plus tendance. C'est le sentiment que j'observe sur les réseaux sociaux.
On en vient à préférer l'autoritarisme "éclairé" d'un Poutine ou d'un Xi Jinping en face d'une soupe politique insipide que nous offre nos parlements d'Europe Occidentale ou d'Amérique du Nord.
Bien sûr que nous partageons bien plus de valeur avec les Etats-Unis qu'avec la Chine. Il suffit de voyager un minimum pour s'en rendre compte.
Cela n'empêche pas que les Etats-Unis ont leur spécificités culturelles, tout comme l'Italie a les siennes.

Nous sommes les enfants d'Athènes.

Et nous sommes en train de renier notre héritage et notre civilisation en nous jetant dans les bras du nouveau Tsar de Russie ou du Parti Unique de la Chine et de sa République (sic) Populaire (re-sic).

Dans le discours anti-américain, je relève souvent notre propre aveux d'impuissance. On reproche souvent à autrui ce que nous aimerions pouvoir faire, mais que nous ne pouvons pas ou plus faire. C'est le drame de l'Europe.

Alors, on réécrit l'Histoire, en minimisant le rôle des Américains lors de la 2nde Guerre Mondiale. Pourtant, sans eux, sans leurs ressources industrielles, pétrolifères, et aussi humaines, nous serions encore sous domination Nazi. Dire le contraire n'est pas sérieux. L'URSS a certes beaucoup contribué à la victoire aussi, mais je suis heureux et reconnaissant que les Américains aient débarqué en Normandie et aient libérée la France, avant les Soviétiques. Le sort des états satellites sous occupation soviétique ne me fera jamais rêver.

La Chine est une dictature, tout comme l'Arabie Saoudite ou le Qatar. Ceux qui méprisent l'Arabie Saoudite et le Qatar (j'en fais partie), restez cohérent, méprisez la Chine.

Mais j'ai l'impression que c'est pourtant vers ça que nous souhaitons aller dans des discours de plus en plus nombreux sur la Toile. A vouloir juste un hypothétique bonheur, sans la liberté, nous n'aurons ni l'un, et ni l'autre.

Les responsables de la situation de la France, ils sont connus de tous, c'est nous-même. Pas juste le Président, pas juste le Premier Ministre, pas les députés et la classe politique forcément corrompue et/ou incompétente. Mais à toi et à moi.

Le venin qui circule sur la Toile envers tout ce qui ne va pas, c'est surtout le reflet de notre propre lâcheté, de notre propre manque de courage, de notre propre passivité que nous déplorons.

Il y a un vrai combat à mener. C'est un combat envers nous-même.
9  1 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 25/05/2021 à 23:47
Pour le fondateur de Huawei, l'entreprise pourrait éviter l'impact des sanctions américaines en se tournant vers le software.
Huawei lancera HarmonyOS pour smartphones le 2 juin

Mi-mai 2019, l'administration Trump a publié un décret qui plaçait Huawei sur une liste noire, une décision qui contraignait les entreprises américaines à ne plus faire affaire avec l'équipementier chinois, à moins de disposer d'une autorisation officielle. Suite à cette décision, Google a décidé de ne plus fournir de logiciels, de matériel informatique ou service technique à Huawei à l’exception des services disponibles en open source. L'éditeur d'Android a toutefois assuré que Google Play et les protections de sécurité de Google Play Protect continueront de fonctionner sur les appareils Huawei existants.

En plus d’être coupé du système d’exploitation le plus vendu au monde, Huawei a vu certains des principaux concepteurs et fournisseurs de puces au monde suspendre également leurs relations commerciales jusqu’à nouvel ordre.

S'en est suivi une série de restrictions qui ont contraint Huawei à annoncer le mardi 17 novembre 2020 qu'il allait vendre sa marque de téléphone Honor à un consortium d’une trentaine d’entreprises chinoises comprenant des distributeurs, des agents et d’autres sociétés dont la survie dépend de celle de la marque. L’objectif de la manœuvre est simple : tenter d’échapper aux sanctions américaines et s’approvisionner en composants électroniques afin de maintenir la marque en vie.

Fin novembre 2020, le consortium d’acheteurs a publié un communiqué officialisant l'achat, qui a été fait via une nouvelle société, Shenzhen Zhixin New Information Technology. « Cette acquisition est un investissement dicté par le marché, afin de sauver la chaîne industrielle de Honor », a indiqué le consortium. « C’est la meilleure solution pour protéger les intérêts des consommateurs, des vendeurs, des fournisseurs, des partenaires et des employés de Honor ».

Après cette vente, Huawei ne dispose plus d’aucune action et « n’est plus impliqué dans la gestion des affaires ni dans les prises de décision de la nouvelle entreprise Honor », a précisé l’entreprise dans un communiqué. La grande enseigne chinoise des télécoms affirme que sa production d’appareils grand public « est soumise à de terribles pressions » en raison de « l'indisponibilité persistante d'éléments techniques » suite aux sanctions américaines et espère que « la vente aidera les vendeurs et les fournisseurs de Honor à surmonter cette période difficile » et qu’en s’éloignant de cette activité, la marque Honor pourra à nouveau bénéficier d’approvisionnements en composants.

« Cette décision a été prise par la chaîne industrielle d'Honor pour assurer sa propre survie », a indiqué Huawei.


L'avenir de Huawei résiderait-il dans le software ?

Le fondateur et PDG de Huawei, Ren Zhengfei, aurait exhorté le personnel du géant chinois de la technologie à transformer l'entreprise en une force logicielle majeure afin d'atténuer l'impact des sanctions américaines dévastatrices. Dans une note interne consultée par Reuters, Ren a estimé que Huawei devrait se concentrer sur les logiciels, car le secteur « échappe au contrôle américain et nous aurons une plus grande indépendance et autonomie ».

Huawei est actuellement incapable de produire en masse une grande partie de ses produits matériels en raison des sanctions interdisant aux entreprises américaines de faire affaire avec lui. La société a stocké des puces et des composants dans le but d'atténuer les sanctions, mais les réserves sont limitées et dans certains cas seront rapidement obsolètes. Huawei est également bloqué dans l'utilisation des applications et services Google sur ses smartphones. L'administration Biden n'a suggéré d'annuler aucune des sanctions de l'ère Trump, bien que les États-Unis aient assoupli leurs actions contre d'autres entreprises chinoises comme Xiaomi et TikTok.

En raison de ce climat, Ren aurait déclaré aux employés que Huawei devait se concentrer sur des logiciels, notamment MindSpore, sa plateforme d'IA dans le cloud et son système d'exploitation HarmonyOS pour divers appareils. La société envisage de concurrencer sur les principaux marchés autres que les États-Unis. « Une fois que nous dominerons l'Europe, l'Asie-Pacifique et l'Afrique, si les normes américaines ne correspondent pas aux nôtres et que nous ne pouvons pas entrer aux États-Unis, alors les États-Unis ne pourront pas entrer sur notre territoire», a écrit Ren, selon Reuters.

Il ne faudra peut-être pas longtemps avant qu’une partie importante de la stratégie logicielle de Huawei soit révélée. Aujourd'hui, la société a envoyé une image promotionnelle sur WeChat pour annoncer une annonce majeure liée à HarmonyOS pour le 2 juin. Le système d'exploitation n'a pas encore été lancé sur les smartphones, l'objectif initial étant les appareils IdO et les téléviseurs lors de sa sortie anticipée.

Un système qui a déjà été au centre d'une polémique

Sous le coup de sanctions américaines, Huawei a procédé au dépôt d’une marque de système d’exploitation à mi-parcours de l’année 2019. L’initiative porte le nom HongMengOS en Chine et HarmonyOS pour le reste du monde. L’objectif : s’affranchir de la dépendance de la Chine à Android. Un peu plus d’un an suite à sa présentation par le constructeur chinois d’équipements de télécommunications, le système d’exploitation a fait l’objet de controverses. Sa forte ressemblance avec Android lui a valu des contestations de l’authenticité qu’il revendique en février 2021.

Et pour cause : plusieurs présentations du même système d’exploitation sont disponibles à date. Ce système d’exploitation a fait l’objet de beaucoup de spéculations quant à savoir s’il serait basé sur Linux ou simplement un fork d’Android. Ce que Huawei répond lors de la HDC 2019 est qu’HarmonyOS est architecturé autour d’un micronoyau. En termes d’usages, la firme chinoise souligne qu’il assurera la prise en charge d’une panoplie d’appareils : smartphones, haut-parleurs intelligents, systèmes embarqués au sein des véhicules, etc. Bref, un système d’exploitation avec une forte orientation objets connectés et applications industrielles. En fait, les responsables de l’entreprise ont fait mention extensive de Fuchsia OS de Google pour faire comprendre ce qu’est HarmonyOS. La firme est allée sur le terrain des comparaisons entre micronoyaux et avance que les communications entre processus sous HarmonyOS sont cinq fois plus rapides que dans le cas Fuchsia OS. « HarmonyOS est complètement différent d’Android et d’iOS », indiquait alors l’entreprise.

Le code source ouvert d’HarmonyOS est disponible sur la plateforme d’hébergement et de gestion de développement de logiciels Gitee – cœur de l’écosystème open source que la Chine construit pour rivaliser avec GitHub. Ce dernier est rendu à sa version 1.0. Il tourne sur une liste d’appareils connectés bien circonscrite : dispositifs Wifi IdO, Webcams, caméra IP.


La version 2.0 d’HarmonyOS est déjà disponible et les ressemblances avec le système d’exploitation Android ne passent pas inaperçues. En fait, la différence entre des smartphones équipés de Huawei EMUI et Android est difficile à déceler. Pour rappel : Huawei a procédé au lancement de ses smartphones Mate 30 et Mate 30 Pro pilotés par EMUI 10 – un fork d’Android 10 au cours de l’année 2019. La version 2.0 d’HarmonyOS pour sa part dérive d’EMUI 11.


Le lancement du système d’exploitation comme substitut d’Android sur une plus large gamme de ses appareils ainsi que ceux d’autres fabricants de smartphones est prévu pour l’année en cours. Ce sont des appareils qui ne feront pas usage des services et applications Google (Services Google Play), mais qui s’appuieront sur une alternative que la société a nommée « Huawei Mobile Services (HMS) ». C’est un écosystème d’applications que l’entreprise utilise en Chine.

Sur la Chine, il souffle un vent d’incitation à l’utilisation des technologies locales. En effet, les administrations gouvernementales ont, au terme de l’année 2019, reçu pour instruction de supprimer tout le matériel et les logiciels de conception étrangère dans un délai de trois ans. Les initiatives autour de la mise sur pied d’un système d’exploitation national se multiplient donc avec l’objectif de prouver au monde entier que le pays est aussi capable d’exporter de bons systèmes d’exploitation.

Sources : Reuters, HarmonyOS

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ? L'avenir de Huawei résiderait-il dans le software ?
8  0 
Avatar de pemmore
Membre actif https://www.developpez.com
Le 19/01/2021 à 21:38
Les Américains ont tout de même fait un drôle de choix avec cet olibrius, j'ai bien du mal à trouver un homme politique français aussi naze , Déroulède un peu, mais Déroulède était un poète celui-ci est un bouseux de la dernière espèce.
Du coup les fabriquants de puces se cherchent de partout de nouveaux fournisseurs, heureusement la production automobile est à minima avec la covid.
Le grand projet de fabrication de puces européennes (surtout françaises) il faudra sans doute 10 ans; dommage d'avoir laissé choir Alcatel et ses lignes de production quasiment neuves en Normandie.
C'est triste à dire, mais que ces choix débiles se retournent contre les Américains eux-mêmes ne seraient que bien mérités.
9  2 
Avatar de Stan Adkens
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 29/02/2020 à 9:36
Le Sénat approuve à l'unanimité le projet de loi visant à interdire l'achat de matériel Huawei avec des fonds fédéraux,
Et crée un fonds d'un milliard $ pour aider à remplacer le matériel existant

Plusieurs fournisseurs de télécommunications en milieu rural aux Etats-Unis utilisent toujours des équipements de Huawei / ZTE sur leurs réseaux, alors que ces entreprises sont considérées comme une menace pour la sécurité nationale par les autorités américaines. Mais cette situation ne devrait plus durer. Jeudi, le Sénat américain a approuvé à l'unanimité une loi visant à créer un fonds d'un milliard de dollars qui aidera les petits fournisseurs de télécommunications à retirer et à remplacer les équipements de réseau Huawei et ZTE. Le projet de loi interdit également aux opérateurs de télécommunications d'utiliser les fonds de la Commission fédérale des communications pour acheter des équipements Huawei ou ZTE, a rapporté le site Web The Hill.

La nouvelle loi bipartite baptisée "Secure and Trusted Communications Networks Act " avait été approuvée par vote par acclamation à la Chambre en décembre. Elle ne mentionne pas le nom de Huawei ou de ZTE mais stipule que la FCC doit produire une liste des fournisseurs d'équipements « présentant des risques pour la sécurité nationale » et interdit aux fournisseurs d'accès à Internet et aux compagnies de téléphone d'utiliser les fonds de la FCC pour acheter, louer, donner en crédit-bail ou entretenir les équipements et les services de ces compagnies, d’après The Hill.


La FCC avait déjà pris des mesures contre l’une des sociétés en novembre dernier, lorsqu'elle a désigné Huawei comme une menace pour la sécurité nationale et a interdit aux groupes de télécommunications d'utiliser les fonds de la FCC pour acheter des équipements à Huawei. En décembre, Huawei s’est retourné contre la FCC et l’a poursuivie en justice pour tenter de mettre fin à l'interdiction, mais un juge du tribunal de district américain a statué en faveur de la FCC.

Le fonds d’aide pour "retirer définitivement", "remplacer" et "éliminer" les équipements Huawei ou ZTE de tous les réseaux peut être utilisé pour acheter, louer ou donner en crédit-bail des équipements et des services de remplacement. Le projet de loi tente d'empêcher l'utilisation abusive des fonds en exigeant des fournisseurs d’accès à Internet qu'ils fournissent une "comptabilité détaillée" de la manière dont ils dépensent le fonds. Les membres démocrates et républicains de la Commission du commerce de la Chambre des représentants ont salué l'action du Sénat, en déclarant :

« Dans le monde interconnecté d'aujourd'hui, l'avenir du sans-fil en Amérique dépend de la mise en place de réseaux qui soient à l'abri des interférences étrangères malveillantes », ont-ils déclaré dans une déclaration commune, jeudi. « L'existence de la technologie de Huawei dans nos réseaux représente une menace immense pour la sécurité nationale et économique de l'Amérique ». « Nous remercions nos collègues du Sénat d'avoir fait passer cette importante mesure bipartite à la ligne d'arrivée et nous attendons avec impatience que le président la signe pour en faire une loi », ont ajouté les responsables de la Chambre.

Le président de la commission du commerce du Sénat, Roger Wicker, dont le panel a compétence sur le projet de loi, a salué également son adoption : « Les équipements de télécommunications de certains adversaires étrangers constituent une menace importante pour notre sécurité nationale, notre prospérité économique et l'avenir du leadership américain en matière de technologie sans fil avancée », a déclaré M. Wicker dans un communiqué. « En établissant un programme "rip and replace", cette loi fournira des garanties significatives pour nos réseaux de communication et des connexions plus sûres pour les Américains », a-t-il ajouté.

Roger Wicker, président de la Commission du commerce du Sénat


La nouvelle législation, si elle est promulguée par le président Trump, aura un effet majeur sur les fournisseurs de télécommunications en milieu rural. La Rural Wireless Association, un groupe commercial qui représente les petits fournisseurs d'accès Internet, a estimé dans une déclaration de 2018 à la FCC qu'environ 25 % de ses entreprises membres utilisent des équipements provenant soit de Huawei, soit du groupe chinois ZTE, a rapporté The Hill.

La nouvelle législation est considérablement sous-financée et pourrait mettre en danger certains des fournisseurs de télécommunications en milieu rural

Le projet de loi demande à la FCC de créer un fonds de remboursement d'un milliard de dollars pour les fournisseurs d’accès qui ont 2 millions de clients ou moins. La Rural Wireless Association a déclaré jeudi que « L'adoption de cette législation arrive à un moment critique ». Avant d’ajouter que « Sans ce financement crucial, les opérateurs ruraux manqueraient de moyens financiers pour effectuer un remplacement rapide des équipements interdits ».

Dans une déclaration adressée à The Hill jeudi, un porte-parole de Huawei a fait part de ses préoccupations concernant l'impact de la législation sur les fournisseurs de télécommunications qui utilisent les équipements de la société :

« Malheureusement, la législation qui vient d'être adoptée est considérablement sous-financée, prendrait plus de temps que prévu et pourrait mettre en danger certain de nos clients, qui desservent les zones les plus mal desservies », a déclaré le porte-parole. « Cette législation ne fera que réduire la capacité des fournisseurs de haut débit à fournir les équipements de réseau les plus sûrs et, par conséquent, portera préjudice aux consommateurs et aux entreprises locales ». Le porte-parole a ajouté que « bien que l'intention de ce projet de loi soit de fournir un réseau robuste et sécurisé pour tous les Américains, si elle est mise en œuvre, la législation adoptée aujourd'hui sera terriblement insuffisante ».

Pour aider les FAI à trouver des technologies de remplacement, le projet de loi charge la FCC de « dresser une liste de suggestions de remplacement des équipements de communication physiques et virtuels, des applications et des logiciels de gestion ». La liste doit être « neutre sur le plan technologique ». La FCC également a ouvert un portail en ligne pour les FAI qui reçoivent des fonds du FCC afin qu'ils soumettent des informations sur leur utilisation des équipements et services Huawei et ZTE. La collecte de données vise à déterminer la quantité d'équipements Huawei et ZTE dans les réseaux financés par la FCC et les coûts associés au retrait et au remplacement de ces équipements.


Le projet de loi prévoit également que la Commission fédérale tienne « informer immédiatement » le Congrès, si elle détermine qu'un milliard de dollars ne seront pas suffisants « pour financer entièrement toutes les demandes de remboursement approuvées ». Le Congrès envisagera probablement d'augmenter le fonds.

Le président de la Commission Ajit Pai a justifié l'interdiction de Huawei et ZTE en disant qu'ils « ont des liens étroits avec le gouvernement communiste et l'appareil militaire chinois ». Les deux sociétés seraient soumises aux lois chinoises qui les obligent largement à coopérer avec toute demande des services de renseignement du pays et à garder ces demandes secrètes. Des représentants du gouvernement américain ont récemment déclaré qu'ils avaient « la preuve que Huawei a la capacité d'accéder secrètement à des informations sensibles et personnelles dans les systèmes qu'elle maintient et vend dans le monde entier ». Mais Huawei a plusieurs fois déclaré ne pas être lié au gouvernement chinois et qu'il « n'a jamais et n'aura jamais accès secrètement aux réseaux de télécommunications, et que nous n'avons pas la capacité de le faire ».

L'année dernière, le ministère du Commerce a ajouté Huawei à sa liste de groupes avec lesquels il est interdit aux entreprises américaines de faire des affaires, bien que des permissions limitées pour faire affaire avec les entreprises américaines lui ont été accordées. L'administration Trump a également fait de l'éloignement de Huawei une priorité essentielle, en faisant pression sur les entreprises alliées pour qu'elles s’éloignent du matériel du géant chinois des télécommunications.

Toutefois, le Royaume-Uni a pris la décision au début de l'année d'autoriser l'utilisation des équipements de Huawei dans les réseaux 5G périphériques, mais pas dans les réseaux plus sécurisés. Une décision qui pourrait mettre en mal le partage des renseignements entre les États-Unis et le Royaume-Uni.

Huawei a annoncé jeudi, à l’occasion d’une conférence de presse, un investissement de 200 millions d’euros pour la construction d’une usine de production d’équipements réseau 4G et 5G en France, la plus grande usine du constructeur hors de la Chine. Qu’arrivera-t-il aux relations entre Washington et Paris, si le géant chinois installe une usine en France, alors que la taxe GAFA française a déjà occasionné l’imposition des taxes punitives par l’administration Trump sur des produits français ?

Source : The Hill

Et vous ?

Que pensez-vous de la nouvelle loi ?
Selon vous, quelles seront les conséquences immédiates et futures de cette loi ?
Pensez-vous, comme Huawei, que le budget de 1 milliard de dollars n’est pas suffisant ?

Lire aussi

Le gouvernement britannique autorise Huawei à participer au déploiement de la 5G du Royaume-Uni, mais à certaines conditions
Trump signe un décret pavant le chemin vers le blocage d'Huawei aux USA, la France assure qu'elle n'a pas l'intention de faire la même chose
USA : un projet de loi prévoit d'interdire la vente de technologie aux entreprises chinoises, qui commettent des vols de propriété intellectuelle
Huawei annonce son intention d'investir 200 millions d'euros à la construction d'une usine en France, la première hors Asie qui produira des équipements réseau 4G et 5G
6  0