Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google prévoit de fermer la faille qui permet à Netflix, Spotify et Tinder d'éviter de payer sa taxe de 30 % sur les applications,
Et facilitera l'installation d'autres app stores sur les appareils

Le , par Stan Adkens

101PARTAGES

3  0 
Jusqu'à présent, les développeurs pouvaient éviter la commission de 30 % qui accompagne l'utilisation du système de paiement intégré de Google en demandant aux utilisateurs de saisir directement sur leur propre site Web les détails de leur carte. Mais cette pratique devrait cesser d’ici un an. Dans un billet de blog publié lundi dernier, Google a déclaré qu'il comblera une lacune qui permet aux grands développeurs comme Netflix et Spotify d'éviter de payer une commission de 30 % sur les paiements effectués avec l’option in-app de la société.

Sameer Samat, vice-président de la gestion des produits de Google, a écrit dans son article de blog que la société donnait des « précisions » sur ses politiques de facturation de Google Play. Google dit que cette politique a toujours été claire. « Nous avons toujours exigé des développeurs qui distribuent leurs applications sur Play qu'ils utilisent le système de facturation de Google Play s'ils proposent des achats de biens numériques dans l'application, et qu'ils paient des frais de service à partir d'un pourcentage de l'achat », a dit Samat.


Cependant, suite à des commentaires des développeurs, qui demandaient à ce que la société clarifie davantage le langage de sa politique concernant les types de transactions qui nécessitent l'utilisation du système de facturation de Google Play, Samat a écrit :

« Nous voulons nous assurer que nos politiques sont claires et à jour afin qu'elles puissent être appliquées de manière cohérente et équitable à tous les développeurs. Nous avons donc clarifié le langage de notre politique de paiement pour qu'il soit plus explicite que tous les développeurs qui vendent des biens numériques dans leurs applications sont tenus d'utiliser le système de facturation de Google Play », a écrit Samat pour répondre aux développeurs, en ajoutant que cela a toujours été l'intention de cette politique de longue date.

Mais cette clarification ne devrait pas affecter la grande majorité des développeurs ayant des applications sur Google Play. Samat a écrit que « toutes les applications qui vendent des biens numériques » auront jusqu'au 30 septembre 2021 pour passer au système de facturation in-app de Google. Les applications concernées par la mise en conformité ne sont pas nombreuses.

« Moins de 3 % des développeurs ayant des applications sur Play ont vendu des biens numériques au cours des 12 derniers mois, et sur ces 3 %, la grande majorité (près de 97 %) utilise déjà le système de facturation de Google Play ». Les développeurs, qui ont déjà une application sur Google Play qui nécessite un travail technique pour intégrer le système de facturation, sont également concernés par le délai de mise en conformité.

Cette annonce de Google fait suite à une longue bataille entre Apple et les développeurs sur une commission obligatoire similaire sur l'App Store. Un combat juridique historique en cours oppose Epic Games, l’éditeur du jeu populaire Fortnite, et Apple concernant la formule de paiement in-app et la commission de 30 % du magasin en ligne du fabricant d’iPhone. De nombreuses autres sociétés, comme Facebook et Microsoft se sont plaints des frais prélevés sur les achats dans l’App Store. Spotify a déposé une plainte antitrust contre Apple dans l'UE.

Les principaux développeurs, dont Spotify, Epic Games et Match Group, ont formé le mois dernier une alliance appelée "Coalition pour l'équité des applications" pour défendre la liberté de choix et la concurrence loyale sur l’App Store et l’écosystème des applications en général. L’annonce de Google intervient également après qu'Apple ait renoncé à ses frais habituels pour une fonctionnalité de Facebook dans une rare concession, même si le sursis ne durera que jusqu’en fin 2020.

Google va faciliter l'installation d’autres apps stores sur les téléphones

L’actuel procès d’Epic Games concerne également Google, mais contrairement à Apple, qui n'autorise que les appareils iOS à prendre en charge son App Store, Samat a dit dans son article qu’Android a toujours permis aux gens de se procurer des applications dans plusieurs app stores.

« Cette ouverture signifie que même si un développeur et Google ne s'entendent pas sur les conditions commerciales, le développeur peut toujours distribuer sur la plateforme Android. C'est pourquoi Fortnite, par exemple, est disponible directement dans le magasin Epic ou dans d'autres magasins d'applications, dont le Galaxy App store de Samsung », a dit le vice-président de la gestion des produits de Google.

Google prévoit de faciliter davantage l'accès des utilisateurs à leurs applications depuis d'autres endroits que le Play Store officiel :

« Nous pensons que les développeurs devraient avoir le choix de la manière dont ils distribuent leurs applications et que les magasins devraient se faire concurrence pour les activités des consommateurs et des développeurs », a écrit Samat, ajoutant que la sortie d'Android 12 l'année prochaine inclura des fonctionnalités permettant aux utilisateurs d'installer plus facilement des magasins d'applications alternatifs sur leurs téléphones. « Nous sommes en train de concevoir tout cela maintenant et nous espérons pouvoir en partager davantage à l'avenir ! »

Toutefois, Samat a laissé entendre une certaine nuance en ce qui concerne la communication directe des développeurs avec leurs clients. Samat a suggéré que les développeurs ne seraient pas en mesure de dire aux utilisateurs comment éviter la taxe in-app dans leur application via Google Play.

« Les développeurs ont demandé s'ils pouvaient communiquer directement avec leurs clients sur les prix, les offres et les autres moyens de paiement au-delà de leur application, par courrier électronique ou par d'autres canaux. Pour clarifier les choses, Google Play n'a aucune limite ici sur ce type de communication en dehors de l'application d'un développeur. Par exemple, ils peuvent avoir une offre sur une autre application Android ou sur leur site Web à un coût inférieur à celui de Google Play », a écrit Samat.

Le message de Google semble destiné à éviter les accusations de comportement anticoncurrentiel. Google fait actuellement l'objet d'une surveillance antitrust particulière aux États-Unis, le ministère de la Justice (DOJ) s'apprêtant à annoncer une enquête sur la société - bien que cette enquête porterait sur la domination de Google en tant que moteur de recherche.

Dans un autre domaine distinct, Google semble avoir renforcé sa position de marché, selon une étude publiée lundi dernier par 25 de ses concurrents. Et ce malgré le fait que les autorités antitrust de l'UE ont ordonné à la société de cesser de favoriser son propre service de comparaison de prix, il y a trois ans.

Source : Google

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Google va faciliter l'installation d’autres apps stores sur les téléphones Android. Quel commentaire en faites-vous ?

Voir aussi :

Epic, Spotify et Tinder forment une coalition pour défendre la liberté de choix et la concurrence loyale sur l'App Store, et l'écosystème des applications en général
Apple va laisser les événements en ligne sur Facebook éviter temporairement la commission de 30 %, permettant au réseau social d'utiliser son propre système de paiement jusqu'à la fin de l'année
Google aurait renforcé sa position sur le marché des comparaisons des prix malgré les injonctions de l'UE, selon une étude publiée par 25 de ses concurrents
Antitrust : les USA pourraient poursuivre Google en justice dès la semaine prochaine, le DOJ cherche à obtenir le soutien des États, Google pourrait faire face à un bloc très difficile à affronter

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !