IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La première Developer Preview d'Android 13 est disponible et s'accompagne de nouvelles options de confidentialité
De contrôles de langue dans les applications et de gestion de thèmes

Le , par Stéphane le calme

35PARTAGES

4  0 
Le 9 février, Google a publié la troisième Android 12L Developer Preview, dont la version finale est prévue pour mars. Le 10 février, Google a publié la première Android 13 Developer Preview, dont la disponibilité générale est prévue au cours du second semestre de l'année. Les nouvelles fonctionnalités incluent des options de thème et des fonctionnalités de confidentialité améliorées, de nouveaux contrôles de langue et, bien sûr, de nombreuses mises à jour.

Conformément à sa feuille de route, Google a annoncé hier la première version développeur d'Android 13. Ces toutes premières versions, qui sont uniquement destinées aux développeurs et ne sont pas disponibles par des mises à jour en direct, n'incluent généralement pas trop de modifications destinées à l'utilisateur. Cette règle est encore vraie cette fois-ci. Toutefois, même dans cette première version, la société présente déjà quelques changements qui auront un impact sur la façon dont vous utiliserez votre téléphone Android.

Contrairement à Android 12, Google prévoit d'avoir deux versions développeur, puis de lancer une version bêta en avril, un mois plus tôt qu'en 2021. La version finale pourrait arriver dès août, sur la base de la feuille de route de Google, alors qu'Android 12 a été lancé début octobre.

Tout cela se produit alors qu'Android 12L, la version Android pour les appareils à grand écran, est également en cours de développement, bien que Google note qu'il apportera également certaines de ces fonctionnalités à Android 13. Celles-ci incluent une prise en charge améliorée des tablettes, des pliables et des applications Android sur les Chromebooks.

Android 13 dispose d'un nouveau sélecteur de photos intégré, remplaçant le gestionnaire de fichiers qui s'affichait pour sélectionner des photos. Le but ici n'est pas que le sélecteur de photos ressemble ou fonctionne différemment du gestionnaire de fichiers ; au lieu de cela, il vous permet d'envoyer une seule photo à une application sans accorder à cette application l'accès à l'autorisation de stockage.

Une application qui n'a pas accès au stockage peut appeler le sélecteur de documents du système (qui dispose d'un accès au stockage), et le sélecteur peut transférer l'accès au fichier unique que vous avez sélectionné. Il semble que le sélecteur de photos fournira la même chose pour les photos. Google indique que cette fonctionnalité nécessitera de nouvelles « API de sélection de photos », qu'une application devrait prendre en charge. Un système sans doute idéal pour des outils comme les applications de messagerie par lesquelles les utilisateurs veulent partager une image ou des applications qui n'ont besoin que d'une photo pour permettre à l'utilisateur d'étoffer son profil.

Dave Burke, VP of Engineering, a fait ce message d'introduction :

« Chaque jour, des milliards de personnes dans le monde sortent leur appareil Android pour les aider à faire avancer les choses. Le bon fonctionnement d'Android pour chacun d'entre eux est assuré en partie grâce à un processus collaboratif avec vous, notre communauté de développeurs, en partageant vos commentaires pour nous aider à renforcer Android.

« Aujourd'hui, nous partageons une première préversion de la prochaine version d'Android, avec Android 13 Developer Preview 1. Avec Android 13, nous poursuivons certains thèmes importants : la confidentialité et la sécurité, ainsi que la productivité des développeurs. Nous nous appuierons également sur certaines des mises à jour les plus récentes que nous avons effectuées dans 12L pour vous aider à tirer parti des plus de 250 millions d'appareils Android à grand écran en cours d'exécution.

« Ce n'est que le début d'Android 13, et nous aurons beaucoup plus à partager au fur et à mesure de la sortie de la version. Lisez la suite pour un avant-goût des nouveautés et visitez le site des développeurs Android 13 pour plus de détails sur les téléchargements pour Pixel et la chronologie des versions. Comme toujours, il est crucial d'obtenir vos commentaires tôt, pour nous aider à les inclure dans la version finale. Nous sommes impatients d'entendre ce que vous en pensez, et merci d'avance pour votre aide continue à faire d'Android une plateforme qui fonctionne pour tout le monde ! »

Confidentialité et sécurité

Selon Google, « les gens veulent un système d'exploitation et des applications auxquels ils peuvent confier leurs informations les plus personnelles et les plus sensibles ».

L'éditeur affirme que « la confidentialité est au cœur des principes de produit d'Android, et Android 13 se concentre sur la création d'une plateforme responsable et de haute qualité pour tous en offrant un environnement plus sûr sur l'appareil et plus de contrôles à l'utilisateur. Dans la version d'aujourd'hui, nous introduisons un sélecteur de photos qui permet aux utilisateurs de partager des photos et des vidéos en toute sécurité avec des applications, et une nouvelle autorisation Wi-Fi pour minimiser davantage la nécessité pour les applications d'avoir l'autorisation de localisation. Nous vous recommandons d'essayer les nouvelles API et de tester comment les modifications peuvent affecter votre application ».

Sélecteur de photos et API

Pour aider à protéger la confidentialité des photos et des vidéos des utilisateurs, Android 13 ajoute un sélecteur de photos système - un moyen standard et optimisé pour les utilisateurs de partager en toute sécurité des photos locales et basées sur le cloud. Le sélecteur de documents de longue date d'Android permet à un utilisateur de partager des documents spécifiques de tout type avec une application, sans que cette application ait besoin d'une autorisation pour afficher tous les fichiers multimédias sur l'appareil. Le sélecteur de photos étend cette capacité avec une expérience dédiée à la sélection de photos et de vidéos. Les applications peuvent utiliser les API de sélection de photos pour accéder aux photos et vidéos partagées sans avoir besoin d'autorisation pour afficher tous les fichiers multimédias sur l'appareil.

Google prévoit d'offrir l'expérience du sélecteur de photos à davantage d'utilisateurs d'Android grâce aux mises à jour du système Google Play, dans le cadre d'une mise à jour du module MediaProvider pour les appareils (à l'exception des appareils Go) exécutant Android 11 et versions ultérieures.

Autorisation d'appareils à proximité pour le Wi-Fi

Android 13 introduit l'autorisation d'exécution NEARBY_WIFI_DEVICES (qui fait partie du groupe d'autorisations NEARBY_DEVICES) pour les applications qui gèrent les connexions d'un appareil aux points d'accès à proximité via Wi-Fi. La nouvelle autorisation sera requise pour les applications qui appellent de nombreuses API Wi-Fi couramment utilisées et permet aux applications de découvrir et de se connecter aux appareils à proximité via Wi-Fi sans avoir besoin d'une autorisation de localisation. Auparavant, les exigences d'autorisation de localisation étaient un défi pour les applications qui devaient se connecter à des appareils Wi-Fi à proximité, mais n'avaient pas réellement besoin de l'emplacement de l'appareil. Les applications ciblant Android 13 pourront désormais demander l'autorisation NEARBY_WIFI_DEVICES avec le drapeau "neverForLocation", ce qui devrait aider à promouvoir une conception d'application respectueuse de la vie privée tout en réduisant les frictions pour les développeurs.

Productivité et outils des développeurs

Android 13 apporte également de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux outils pour la productivité des développeurs.

À ce propos, Google indique : « Vous aider à créer de belles applications qui s'exécutent sur des milliards d'appareils est l'une de nos principales missions, que ce soit dans Android 13 ou via nos outils de développement Android modernes, comme un langage que vous aimez dans Kotlin ou des API opiniâtres avec Jetpack. En vous aidant à travailler de manière plus productive, nous visons à réduire vos coûts de développement afin que vous puissiez vous concentrer sur la création d'expériences incroyables ».

Voici quelques-unes des nouveautés d'Android 13.

API de placement des paramètres rapides

Les paramètres rapides dans la nuance de notification sont un moyen pratique pour les utilisateurs de modifier les paramètres ou d'effectuer des actions rapides sans quitter le contexte d'une application. Pour les applications qui fournissent des vignettes personnalisées, l'éditeur facilite la découverte et l'ajout de vos vignettes aux paramètres rapides pour les utilisateurs. À l'aide d'une nouvelle API de placement de vignettes, votre application peut désormais inviter l'utilisateur à ajouter directement votre vignette personnalisée à l'ensemble de vignettes de paramètres rapides actives. Une nouvelle boîte de dialogue système permet à l'utilisateur d'ajouter la vignette en une seule étape, sans quitter votre application, plutôt que d'avoir à accéder aux paramètres rapides pour ajouter la vignette.


Icônes d'applications thématiques

Dans Android 13, Google étend la couleur dynamique Material You au-delà des applications Google à toutes les icônes d'application, permettant aux utilisateurs d'opter pour des icônes qui héritent de la teinte de leur fond d'écran et d'autres préférences de thème. Tout ce que votre application doit fournir est une icône d'application monochrome (par exemple, votre notification pouvant être dessinée) et une modification de l'icône adaptative XML.

L'éditeur encourage tous les développeurs à fournir des icônes compatibles pour aider à offrir une expérience cohérente aux utilisateurs qui se sont inscrits. Les icônes d'application thématiques sont initialement prises en charge sur les appareils Pixel et Google travaille avec ses partenaires fabricants d'appareils pour les proposer à plus d'appareils.


Préférences de langue par application

Certaines applications permettent aux utilisateurs de choisir une langue différente de la langue du système, pour répondre aux besoins des utilisateurs multilingues. Ces applications peuvent désormais appeler une nouvelle API de plateforme pour définir ou obtenir la langue préférée de l'utilisateur, ce qui permet de réduire le code passe-partout et d'améliorer la compatibilité lors de la définition de la langue d'exécution de l'application. Pour une compatibilité plus large, Google va ajouter une API similaire dans une prochaine bibliothèque Jetpack.

Césure plus rapide

La césure rend le texte enveloppé plus facile à lire et aide à rendre votre interface utilisateur plus adaptative. Dans Android 13, Google a optimisé les performances de césure jusqu'à 200 % afin que vous puissiez désormais l'activer dans vos TextViews sans presque aucun impact sur les performances de rendu. Pour activer une césure plus rapide, utilisez les nouvelles fréquences fullFast ou normalFast dans setHyphenationFrequency().

Shaders programmablesAndroid 13 ajoute la prise en charge des objets RuntimeShader programmables, avec un comportement défini à l'aide du langage AGSL (Android Graphics Shading Language). AGSL partage une grande partie de sa syntaxe avec GLSL, mais fonctionne dans le moteur de rendu Android pour personnaliser la peinture dans le canevas d'Android ainsi que le filtrage du contenu de la vue. Android utilise en interne ces shaders pour implémenter des effets d'entraînement, de flou et d'étirement, et Android 13 vous permet de créer des effets avancés similaires pour votre application.

Mises à jour d'OpenJDK 11

Dans Android 13, Google a commencé à rafraîchir les bibliothèques principales d'Android pour les aligner sur la version OpenJDK 11 LTS, avec à la fois des mises à jour de bibliothèque et la prise en charge du langage de programmation Java 11 pour les développeurs d'applications et de plateformes. Google prévoit également d'apporter ces modifications de la bibliothèque principale à davantage d'appareils grâce aux mises à jour du système Google Play, dans le cadre d'une mise à jour du module ART pour les appareils exécutant Android 12 et versions ultérieures.

Compatibilité des applications

Avec chaque version de plateforme, Google assure qu'il s'efforce d'accélérer et de fluidifier les mises à jour en donnant la priorité à la compatibilité des applications lorsque sont déployées de nouvelles versions de plateforme. Dans Android 13, Google a opté pour la plupart des modifications concernant les applications pour vous donner plus de temps, et a mis à jour ses outils et processus pour vous aider à vous préparer plus tôt.

Des modules Android mis à jour par Google Play

Dans Android 13, Google continue à étendre nos investissements dans les mises à jour du système Google Play (Project Mainline) pour offrir aux applications un environnement plus cohérent et sécurisé sur tous les appareils, et pour offrir de nouvelles fonctionnalités et capacités aux utilisateurs. L'éditeur indique qu'il peut désormais proposer de nouvelles fonctionnalités telles que le sélecteur de photos et OpenJDK 11 directement aux utilisateurs des anciennes versions d'Android par des mises à jour des modules existants. Google a également ajouté de nouveaux modules, tels que les modules Bluetooth et Ultra large bande, pour étendre davantage la portée de la fonctionnalité de base actualisable d'Android.

Optimisation pour les tablettes, les appareils pliables et les Chromebooks

« Avec tout l'élan des appareils à grand écran comme les tablettes, les appareils pliables et les Chromebooks, il est maintenant temps de préparer vos applications pour ces appareils et de concevoir des applications entièrement adaptatives qui s'adaptent à n'importe quel écran. Vous pouvez commencer à utiliser nos conseils sur l'optimisation pour les tablettes, puis apprendre à créer pour les grands écrans et à développer pour les pliables ».

Test et débogage plus faciles des modifications

Pour vous permettre de tester plus facilement les modifications disponibles en opt-in susceptibles d'affecter votre application, Google rend à nouveau la plupart basculable (toggleable) cette année. Avec les bascules, vous pouvez forcer l'activation ou la désactivation des modifications individuellement à partir des options du développeur ou d'adb.


La compatibilité des applications bascule dans les options pour les développeurs.

Source : Android

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 15/02/2022 à 18:35
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Cela est une pure aberration (pour ne pas dire une stupidité) technologique ; pourquoi virtualiser une distribution Linux alors qu’Android est construit sur un noyau Linux ?!? Utilisez GNUroot, Termux et un serveur X plutôt que de stupidement virtualiser au détriment des performances. Ou encore mieux, installez GNU/Linux parallèlement, ou à la place d'Android. Il existe des distributions spécifiques aux smartphones, comme PostMarketOS.
il y'a tres peu de perte de performance en virtualisation, du moins sur x86, sous vmware ou hyperv on a des perf quasi native.
Tu peux voir les bench de wsl2 (qui tourne sous hyperv), c'est pareil que du linux natif
ce qui manque dans la virtualisation c'est une bonne accelation graphique... mais ayant déja testé hangover c'est le même problème aussi (qui fait de l'émulation et donc perte du gpu)

et enfin windows arm émule mieux les app x86 que wine/hangover, il peut y avoir un intérêt a passé par windows

As ton l'acceleration graphique de supporté avec la virtualisation sous android 13 ?
2  0 
Avatar de Fagus
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 14/02/2022 à 22:46
les hyperviseurs peuvent être présents ou non sur un appareil, et lorsqu'ils le sont, ils ne sont souvent même pas utilisés aux fins prévues, à savoir exécuter un système d'exploitation dans une machine virtuelle ! Au lieu de cela, ils sont utilisés pour [...] exécuter divers codes (tels que du code tiers pour DRM, la cryptographie et d'autres binaires à source fermée) en dehors du système d'exploitation Android. .

[...] Ainsi, de nombreux blobs binaires tiers opaques s'exécutent avec des privilèges plus élevés même que le système d'exploitation et le noyau ! Ceci est préjudiciable à la sécurité...


C'est assez fou en termes de conception de sécurité. Je me demande pourquoi on n'entend pas plus parler de rootkit : les gens qui savent sont déjà sous secret-défense ou bien ?
1  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/02/2022 à 9:42
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
Dans mon usage, j'utilise la virtualisation uniquement à des fins de test de système d'exploitation, et pour WSL (dans Linux, il n'y a pas besoin de virtualiser Windows grâce à Wine). Je n'utilise aucun système de sandbox, et je privilégie les programmes en code non managé. Et surtout je boycotte les systèmes possédant des applications écrites la plupart du temps en JavaScript et en plus sandboxées (c'est-à-dire Android et IOS).
Windows est tres en retard sur ce sujet, sous linux il y'a énormément d'applie tournant sous docker désormais.
en dev, je n'installe plus quasi de composants depuis des années, je télécharge un conteneur mariadb, elastic search, fluentd...

les nouveaux package linux snap et flatpak sont très populaire et tourne dans des conteneurs. 100% des desktops linux désormais utilise des applications conteneurisé.

moi je ne comprends pas l’intérêt d'installer des applications en dur dans l'os en dehors des pilotes. Tous devrait tourner dans des conteneurs.
Alors les contres c'est qu'on ne peut plus partager des librairies entre plusieurs applications, donc cela engendre une plus grosse consommation de mémoire. Mais les bénéfices sont très intéressants aussi, surtout à une époque ou la ram n'est plus vraiment un probleme, on est plus dans les années 90 ou lancer simplement la jvm freeze la machine
2  1 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/02/2022 à 9:13
Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
J'en suis donc arrivé à la conclusion qu'il n'est pas possible sous Linux d'utiliser des applications portables ultralégère et non conteneurisée, alors que cela fonctionne impeccablement sous Windows. Je ne suis pas un spécialiste de Linux (donc j'ai encore le temps d'apprendre à l'apprécier), mais je préfère largement la gestion des bibliothèques et la gestion des paramètres (base de registre) de Windows.
techniquement si, j'ai déjà fait des applications python et c portable sous linux.
mais dans la réalité, sous linux on fait des conteneurs car c'est plus pratique.

Citation Envoyé par OrthodoxWindows Voir le message
-Le fonctionnement des applications ; la plupart des applications sont écrite en JavaScript ou un autre langage de développement web. Ce ne sont pas des vrais programmes, et cela à une conséquence sur la consommation d'électricité (minimisé par le CPU ARM64, mais c'est quant même du gâchis).
je ne vois pas en quoi un programme codé en js ne serait pas une vrai application, qu'es ce qu'une vrai application ? du code compilé en assembleur ?
le java est executé dans une machine virtuel, les programmes java ne sont pas des vrai applications ?
python est interprété, les programmes python ne sont pas de vrai applications ?

MS a fait beaucoup d'applications web dans le passé (windows 98, xp...), les html application (fichiers .HTA)
1  0 
Avatar de bdr443
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 16/02/2022 à 16:29
Et surtout je boycotte les systèmes possédant des applications écrites la plupart du temps en JavaScript et en plus sandboxées (c'est-à-dire Android et IOS).
@OrthodoxWindows tu as piqué ma curiosité. Pourquoi tu boycott les systèmes utilisant des applis sand
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/02/2022 à 18:57
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Windows est tres en retard sur ce sujet, sous linux il y'a énormément d'applie tournant sous docker désormais.
en dev, je n'installe plus quasi de composants depuis des années, je télécharge un conteneur mariadb, elastic search, fluentd...

les nouveaux package linux snap et flatpak sont très populaire et tourne dans des conteneurs. 100% des desktops linux désormais utilise des applications conteneurisé.
J'utilise Debian Linux, et il ne me semble pas y avoir beaucoup d'applications conteneurisées. Mais j'ai pour l'instant moins d'expérience sous Linux que sous Windows, je peux donc me tromper. Je suis cependant quasi-sur de n'avoir installé aucun package snap ou flatpak.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
moi je ne comprends pas l’intérêt d'installer des applications en dur dans l'os en dehors des pilotes. Tous devrait tourner dans des conteneurs.
Alors les contres c'est qu'on ne peut plus partager des librairies entre plusieurs applications, donc cela engendre une plus grosse consommation de mémoire. Mais les bénéfices sont très intéressants aussi, surtout à une époque ou la ram n'est plus vraiment un probleme, on est plus dans les années 90 ou lancer simplement la jvm freeze la machine
En fait, c'est un peu le contraire pour moi ; je ne comprends pas l'intérêt d'installer des applications dans des conteneurs. Concernant les avantages, je ne les perçois pas beaucoup ; je n'ai jamais de problèmes de sécurité, car je connais ce que j'installe, cela me suffit. Au niveau de compatibilité/portabilité accrue, le problème est peux être plus présents sous GNU/Linux que sous Windows. Sous Windows les librairies sont partagées entre les applications tant qu'il n'y a pas besoin d’effectuer de modification ; sinon, la charge revient au magasin de composant, ou les bibliothèques ne sont pas partagées. Ce fonctionnement a commencé avec Windows XP, et fonctionne très bien. Le seul problème est la taille très volumineuse du magasin de composant (winsxs). L'autre avantage de Windows est les applications portables, qui contiennent leur propre bibliothèque pour des tâches spécifiques, et utilise les bibliothèques du système pour les autres tâches. Sous Debian GNU/Linux, j'ai eu tout de suite eu beaucoup de difficulté lors de l'installation des applications (dès lors que l'application ne se situait pas dans APT-get) ; j'ai donc assez vite recherché une solution alternative. Je me suis effectivement rendu à l'évidence que le seul moyen d'utiliser des applications portables (et de me débarrasser des conflits incessants de bibliothèques, et autre problème lors de l'installation) sous Linux était d'utiliser des conteneurs. J'en suis donc arrivé à la conclusion qu'il n'est pas possible sous Linux d'utiliser des applications portables ultralégère et non conteneurisée, alors que cela fonctionne impeccablement sous Windows. Je ne suis pas un spécialiste de Linux (donc j'ai encore le temps d'apprendre à l'apprécier), mais je préfère largement la gestion des bibliothèques et la gestion des paramètres (base de registre) de Windows.
0  0 
Avatar de destroyedlolo
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 11:33
Déjà Linux ne se résume pas à son kernel. D'autant plus qu'il est bien bidouillé pour Android et que les drivers sont externalisés sous Android.
Alors oui, on peut lancer un serveur X ou un terminal, mais ce n'est pas un Unix complet.

Pour la containérisation, je n'utilise quasiment que ca au taf car, avec Kubernetes, cela facilite grandement l'exploitation.
Maintenant, sur mes PC persos (sous Gentoo), le seul conteneur que j'utilisais était pour un logiciel de montage vidéo dont les dépendances étaient tellement pourries qu'elles foutaient la grouille dans les autres applications. Depuis, je suis passer a Shotcut qui non seulement est plus puissant mais n'a pas ces problèmes.

Par contre, pour les Dev, ca reste très utile pour basculer d'une version a une autre.
0  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 30/04/2022 à 0:34
Que pensez-vous de ces améliorations ? Quelle(s) est/sont celle(s) qui vous intéresse le plus ?
Concernant l'amélioration de la gestion des autorisations d’accès aux fichiers, ce n'est pas trop tôt. Windows est capable de ça depuis la première version . D’ailleurs Android n'est pas vraiment sécurisé : https://forum.malekal.com/viewtopic....2916e125899ea9 .
Concernant Material You, ce n'est pas fondamentalement une nouveauté. Par exemple, j'utilise Windows avec le thème classique (le thème de Windows pendant les années 1990), et le comportement du thème classique est très proche de Material You et des autres interfaces du même genre. Par exemple, quand je change une couleur, tous les programmes s'adaptent à ce changement. Autre chose : sous le thème classique, les boutons sont dessinés par GDI et par des caractères de polices, donc de manière vectorielle....exactement comme les interfaces web les plus "moderne" ! Les designers web n'ont rien inventé.

Dans l'ensemble aucune de ces amélioration ne m'intéresse, car je n'utilise pas Android pour ces raisons (je l'ai déjà évoqué plus haut) :

1. L'interface utilisateur qui m'est rédhibitoire (juste un écran avec des icônes, peu de personnalisation, aucune intégration des applications les unes par rapport aux autres).
2. L'architecture générale du système (infrastructure volumineuse injustifiée au-dessus du noyau Linux, il n'existe pas d'exécutable Android...).
3. L'offre des applications disponibles (principalement, des applications de loisir, pas de travail, et plus des deux tiers des applications Android/IOS sont soi gratuite contre revente de données personnelles, soit payantes, alors que des équivalents libres et gratuits existe sous Windows/GNU/Linux/Mac).
4. Le fonctionnement des applications ; la plupart des applications sont écrite en JavaScript ou un autre langage de développement web. Ce ne sont pas des vrais programmes mais des applications web, et cela à une conséquence sur la consommation d'électricité (minimisé par le CPU ARM64, mais c'est quant même du gâchis).
5. L’architecture des systèmes mobiles que je considère liberticides ; pour Android, le smartphone est vendu non enraciner, alors qu'un PC est vendu enraciner.
6. La difficulté de stopper la géolocalisation de Google

Si utiliser un Android tiers (genre E/OS, LineageOS) est une solution pour le 5. et le 6., pour les autre, ça ne change quasiment rien.
2  2 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 15/02/2022 à 21:58
@OrthodoxWindows l'interet c'est de faire des vm...
pourquoi on fait des vm de windows xp/7/10/11 sur son pc windows 10/11 ?
sous mon pc sous ubuntu j'ai une vm manjaro, je me sers de cette vm pour bosser (j'ai mon ide et les proxy de mon entreprise de configurer)

Plus généralement je pense que l'avenir (que ce soit sous windows, linux, android etc) c'est des applications conteneurisé ou tournant dans des vm pour les isoler au maximum de l'os.
des antivirus sous windows d’ailleur font tourner des applications dans des vm comme sandbox pour plus de sécurité.
l'avenir c'est les micro services.

sous linux (et android je suppose) google doit utiliser kvm, c'est aussi bien optimisé que vmware ou hyperv.
niveau cpu c'est quasi natif, le seul inconvénient c'est la consommation de ram qui augmente pas mal, mais bon on fait des smartphones avec 6-8go de ram minimum maintenant, c'est donc pas vraiment un problème.
1  2 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/02/2022 à 18:14
Citation Envoyé par bdr443 Voir le message
@OrthodoxWindows tu as piqué ma curiosité. Pourquoi tu boycott les systèmes utilisant des applis sand
Il s'agit d'une préférence personnelle, j’apprécie les programmes qui sont "direct" et n’empruntent pas des milliards de couche pour s'exécuter ; je n'apprécie pas la définition de l'application comme un objet "à part" dans un système. Une application/programme est d'abord un fichier exécutable (compilé ou interprété), et je considère les programmes comme n'importe quels autres fichiers. Cependant, ce n'est pas qu’à cause des applications sandboxées que je boycotte Android et IOS c'est à cause d'un ensemble d'éléments.

-L'interface utilisateur qui m'est rédhibitoire (juste un écran avec des icônes, pas de personnalisation, aucune intégration des applications les unes par rapport aux autres)
-L'architecture générale du système (infrastructure volumineuse injustifiée au-dessus du noyau Linux/Darwin, il n'existe pas d'exécutable Android...)
-L'offre des applications disponibles (principalement, des applications de loisir, pas de travail, et plus des deux tiers des applications Android/IOS sont soit gratuite contre revente de données personnelles, soit payantes, alors que des équivalents libres et gratuits existe sous Windows/GNU/Linux/Mac).
-Le fonctionnement des applications ; la plupart des applications sont écrite en JavaScript ou un autre langage de développement web. Ce ne sont pas des vrais programmes, et cela à une conséquence sur la consommation d'électricité (minimisé par le CPU ARM64, mais c'est quant même du gâchis).
-L’architecture des systèmes mobiles que je considère liberticides ; pour Android, le smartphone vendu non enraciner, alors qu'un PC est vendu enraciner ; pour IOS/IpadOS, c'est bien pire que cela, puisque tout est bridé (Apple se sert de la soi-disant protection des utilisateurs pour faire de la censure politique, un peu en occident et énormément en Chine).
0  1