IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google va payer 392 Ms $ pour régler des accusations de 40 États concernant l'historique de localisation
L'entreprise continuait à collecter des données des utilisateurs qui l'avaient désactée

Le , par Stéphane le calme

3PARTAGES

7  1 
Google a accepté de payer 391,5 millions de dollars pour régler les accusations portées par 40 procureurs généraux. Ils ont accusé l'entreprise d'avoir induit les utilisateurs en erreur en leur faisant croire qu'ils avaient désactivé le suivi de la localisation dans leurs paramètres, mais Google a continué à collecter des informations sur leurs mouvements. Dans le cadre du règlement, Google a accepté « d'améliorer considérablement » ses informations sur le suivi de la localisation et les contrôles des utilisateurs à partir de l'année prochaine.

Les paramètres de l'historique des positions de Google lui ont causé des problèmes avec plusieurs organismes de réglementation. L'action a commencé après qu'un article de 2018 a souligné que la case à cocher « Historique des positions » ne contrôlait pas tout l'historique de localisation de Google sur l'ensemble de votre compte et que de nombreuses fonctionnalités de suivi de la localisation étaient gardées activées sous une deuxième case à cocher appelée « Activité sur le Web et les applications ». Les consommateurs peuvent désactiver la case à cocher « Historique des positions » en pensant qu'elle a arrêté tout suivi de localisation Google, mais ce n'était en fait que pour une seule fonctionnalité Google Maps. Google a perdu une affaire en Australie à propos de ce paramètre en 2021 et a récemment réglé un procès distinct avec l'Arizona pour 85 millions de dollars. Quelques autres États ont encore des poursuites en cours.

Une coalition de procureurs généraux de l'Oregon, de New York, de la Floride, du Nebraska et d'autres États allèguent que de 2014 à 2019, Google a induit les utilisateurs en erreur en leur faisant croire que leur emplacement avait été désactivé, mais l'entreprise a ensuite utilisé ces informations pour vendre des publicités personnalisées.

« Pendant des années, Google a donné la priorité au profit plutôt qu'à la vie privée de ses utilisateurs », a déclaré la procureure générale Rosenblum. « Ils ont été rusés et trompeurs. Les consommateurs pensaient qu'ils avaient désactivé leurs fonctionnalités de localisation sur Google, mais l'entreprise a continué à enregistrer secrètement leurs déplacements et à utiliser ces informations pour les annonceurs ».

Les données de localisation sont un élément clef de l'activité de publicité numérique de Google. Google utilise les données personnelles et comportementales qu'il collecte pour créer des profils d'utilisateurs détaillés et cibler les annonces. En fait, les données de localisation comptent parmi les informations personnelles les plus sensibles et les plus précieuses que Google collecte. Même une quantité limitée de données de localisation peut révéler l'identité et les routines d'une personne et peut être utilisée pour déduire des détails personnels.

« La protection de la vie privée des consommateurs est l'une des principales priorités de mon bureau. C'est pourquoi il est si important pour moi que l'Oregon ait joué un rôle clef dans ce règlement. Tant que nous n'aurons pas de lois complètes sur la protection de la vie privée, les entreprises continueront de compiler de grandes quantités de nos données personnelles à des fins de marketing avec peu de contrôles », a poursuivi Rosenblum.

Les procureurs généraux ont constaté que Google avait enfreint les lois nationales sur la protection des consommateurs en trompant les consommateurs sur ses pratiques de suivi de la localisation depuis au moins 2014. Plus précisément, Google a confondu ses utilisateurs quant à la mesure dans laquelle ils pouvaient limiter le suivi de la localisation de Google en ajustant les paramètres de leur compte et de leur appareil.

Exigences du règlement

Le règlement oblige Google à être plus transparent sur ses pratiques. En particulier, Google doit :
  • afficher des informations supplémentaires aux utilisateurs chaque fois qu'ils activent ou désactivent un paramètre de compte lié à la localisation ;
  • rendre les informations clefs sur le suivi de localisation inévitables pour les utilisateurs (c'est-à-dire non masquées) ;
  • fournir aux utilisateurs des informations détaillées sur les types de données de localisation que Google collecte et sur la manière dont elles sont utilisées sur une page Web améliorée « Technologies de localisation ».

En 2019, le procureur général Rosenblum a formé le groupe de travail sur la confidentialité des consommateurs de l'Oregon pour répondre à l'appel croissant à une législation qui donnerait aux consommateurs plus de contrôle sur leur vie privée en ligne et obligerait les entreprises à respecter les normes de base lors du traitement des informations personnelles. Le groupe de travail compte maintenant plus de 150 participants de divers horizons.

Le groupe de travail présentera une législation complète sur la confidentialité des données des consommateurs lors de la prochaine session législative de 2023. Si le projet de loi réussit, les consommateurs auront plus de contrôle sur leurs données personnelles. Ils auront le droit de savoir quelles informations personnelles une entreprise collecte, à qui et où leurs données ont été divulguées, et ils recevront une copie de toutes les données qu'une entreprise possède à leur sujet. Les entreprises devraient également corriger les inexactitudes dans les données personnelles ou supprimer leurs informations. En outre, le groupe de travail prévoit d'introduire une législation d'accompagnement pour créer un registre national des courtiers en données, des entreprises qui opèrent souvent sous le radar, mais gagnent des milliards en vendant des données personnelles sur les consommateurs.

Outre l'Oregon et le Nebraska, les autres États participant aux négociations sont l'Arkansas, la Floride, l'Illinois, la Louisiane, le New Jersey, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie et le Tennessee. À cet ensemble s'ajoutent l'Alabama, l'Alaska, le Colorado, le Connecticut, le Delaware, la Géorgie, Hawaï, l'Idaho, l'Iowa, le Kansas, le Kentucky, le Maine, le Maryland, le Massachusetts, le Michigan, le Minnesota, le Mississippi, le Missouri, le Nevada, le Nouveau-Mexique, New York, Dakota du Nord, Ohio, Oklahoma, Caroline du Sud, Dakota du Sud, Utah, Vermont, Virginie et Wisconsin.

La procureure générale Rosenblum a remercié et félicité son équipe de protection des consommateurs (CP), en particulier la chef de la CP Kelly Harpster et la procureure générale adjointe Kristen Hilton, qui ont codirigé les négociations fructueuses. En outre, elle a exprimé sa gratitude à tous les États qui ont participé aux négociations complexes, en particulier le procureur général et le personnel de l'État co-chef de file du Nebraska.


La réaction de Google

Les informations de localisation nous permettent de vous offrir une expérience plus utile lorsque vous utilisez nos produits. Des itinéraires routiers de Google Maps qui vous montrent comment éviter les embouteillages, à la recherche Google faisant apparaître les restaurants locaux et vous permettant de savoir à quel point ils sont occupés, les informations de localisation aident à connecter les expériences sur Google à ce qui est le plus pertinent et utile.

Au cours des dernières années, nous avons introduit plus de transparence et d'outils pour vous aider à gérer vos données et à minimiser les données que nous collectons. C'est pourquoi nous avons :
  • lancé des contrôles de suppression automatique, une première dans l'industrie, et les avons activés par défaut pour tous les nouveaux utilisateurs, vous donnant la possibilité de supprimer automatiquement les données sur une base continue et de ne conserver que 3, 18 ou 36 mois de données à la fois ;
  • développé des paramètres faciles à comprendre comme le mode Incognito sur Google Maps, empêchant les recherches ou les lieux vers lesquels vous naviguez d'être enregistrés sur votre compte ;
  • introduit davantage d'outils de transparence, notamment Vos données dans Maps et Search, qui vous permettent d'accéder rapidement à vos principaux paramètres de localisation directement à partir de nos produits principaux.

Ce ne sont là que quelques-unes des façons dont nous avons travaillé pour offrir plus de choix et de transparence. Conformément à ces améliorations, nous avons réglé une enquête avec 40 procureurs généraux des États-Unis sur la base de politiques de produits obsolètes que nous avons modifiées il y a des années. En plus d'un règlement financier, nous procéderons à des mises à jour dans les mois à venir pour fournir des contrôles et une transparence encore plus importants sur les données de localisation. Les mises à jour incluent :
  • une refonte des hubs d'informations sur les utilisateurs : pour aider à expliquer comment les données de localisation améliorent nos services, nous ajoutons des informations supplémentaires à nos contrôles d'activité et à nos pages Données et confidentialité. Nous créons également un hub d'informations unique et complet qui met en évidence les paramètres de localisation clefs pour aider les utilisateurs à faire des choix éclairés concernant leurs données ;
  • une suppression simplifiée des données de localisation : nous fournirons un nouveau contrôle qui permettra aux utilisateurs de désactiver facilement leurs paramètres d'historique de localisation et d'activité sur le Web et les applications et de supprimer leurs données passées en un seul flux. Nous continuerons également à supprimer les données de l'historique des positions pour les utilisateurs qui n'ont pas récemment fourni de nouvelles données d'historique des positions à leur compte ;
  • une mise à jour de la configuration du compte : nous donnerons aux utilisateurs qui créent de nouveaux comptes une explication plus détaillée de ce qu'est l'activité sur le Web et les applications, des informations qu'elle contient et de la manière dont elle améliore leur expérience Google.

Le règlement d'aujourd'hui est une autre étape sur la voie d'offrir des choix plus significatifs et de minimiser la collecte de données tout en fournissant des services plus utiles.

Conclusion

Le modèle commercial de Google consiste presque entièrement à suivre les personnes et à utiliser ces données pour leur montrer des publicités pertinentes sur Internet. Le dernier rapport annuel de la société a affiché des revenus de 282 milliards de dollars, donc pour des années de violations de la vie privée, ce règlement de 392 millions de dollars équivaut à environ 12 heures de revenus.

Source : Google, Ministère de la justice de l'Oregon

Et vous ?

Cette décision vous semble-t-elle pertinente ? Pourquoi ?
De manière plus générale, que pensez-vous du fait de s'attaquer aux anciennes pratiques d'une entreprise (précisons que ce n'est pas le cas ici, même si Google a indiqué qu'il s'agissait de pratiques désormais obsolètes, l'entreprise les a modifié pendant les poursuites judiciaires) ? Le fait que l'entreprise change ses pratiques à la suite d'un évènement (article de journal, enquête, poursuites judiciaires, etc.) devrait-il l'exonérer de potentielles retombées comme les amendes selon vous ? Pourquoi ?
Que pensez-vous de l'amende en elle-même qui ne représente que 12 heures de revenus générés par Google en 2021 ?
Que pensez-vous des améliorations annoncées par Google ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de fatbob
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 21/11/2022 à 14:57
Mon dieu, ils ne s'en remettront jamais oO
1  0 
Avatar de Traoré Hamady
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 22/11/2022 à 14:04
Les anciennes pratiques, tant qu'elles durent, si elles sont illégales, ne peuvent pas être traitées en pertes et profits à l'égard des victimes. Mais, c'est une bonne pratique de la part de Google de continuer à s'amender chaque fois que la conviction d'une faute contre l'entreprise est apportée. En outre, l'amende infligée est proportionnelle dans la mesure où elle dédommage entièrement les victimes et ne met pas à genou Google qui fait le bonheur de beaucous d'utilisateurs. Sinon, le contraire pouvait ouvrir des voies de recours, judicairement parlant.
0  0 
Avatar de JfmbLinux
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 22/11/2022 à 13:48
Ça existe encore Google ?
0  1 
Avatar de fatbob
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 23/11/2022 à 10:53
Citation Envoyé par Traoré Hamady Voir le message
...
Là, c'est vraiment très loin de mettre Google à genou. C'est proportionnellement 2 à 3 fois moins qu'une amende pour stop glissé pour un ingénieur moyen. Pas de quoi paniquer.
0  1