IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google condamné par la FTC à payer 9,4 Ms $ parce qu'il a payé des influenceurs pour dire qu'ils aimaient le Pixel 4 alors qu'ils ne l'ont jamais utilisé

Le , par Stéphane le calme

5PARTAGES

27  0 
Google et iHeartMedia, le plus grand opérateur de stations de radio des États-Unis, font l'objet d'une poursuite pour publicités mensongères concernant des publicités qu'ils ont diffusées sur le Pixel 4. La FTC et quatre États affirment que les entreprises ont diffusé « près de 29 000 recommandations trompeuses émanant de personnalités de la radio » en 2019 et 2020, le directeur du Bureau de la protection des consommateurs, Samuel Levine, déclarant que « Google et iHeartMedia ont payé des influenceurs pour promouvoir des produits qu'ils n'ont jamais utilisés, faisant preuve d'un manque de respect flagrant pour les règles de vérité dans la publicité ». Les deux sociétés sont parvenues à une entente pour mettre fin au procès et devront payer 9,4 millions de dollars de pénalités.

Dans les publicités de Google, des personnalités à l'antenne ont raconté à quel point elles aimaient le Pixel 4, mais, pour citer le communiqué de presse de la FTC, « les personnalités à l'antenne n'ont pas reçu de Pixel 4 avant d'enregistrer et de diffuser la majorité des publicités et ne possédait donc pas ou n'utilisait pas régulièrement les téléphones ». Par conséquent, les affirmations à la première personne faites dans les publicités, telles que « c'est mon appareil photo de téléphone préféré, en particulier dans des conditions de faible luminosité, grâce au mode Night Sight », « j'ai pris des photos de tout en studio » et « c'est aussi formidable pour m'aider à faire des choses, grâce au nouvel assistant Google à commande vocale qui peut gérer plusieurs tâches à la fois », ne peuvent pas être vraies.

Il semble que tout se serait bien passé si ces publicités n'étaient pas à la première personne. La procureure générale du Massachusetts, Maura Healey, explique : « Il est de bon sens que les gens accordent plus d'importance aux expériences de première main. Les consommateurs s'attendent à ce que les publicités à la radio soient véridiques et transparentes sur les produits, et non trompeuses avec de fausses mentions. Le règlement d'aujourd'hui tient Google et iHeart responsables de cette campagne publicitaire trompeuse et garantit le respect des lois nationales et fédérales à l'avenir ».

Google et iHeartMedia ont convenu de régler le procès à hauteur de 9,4 millions de dollars. La nouvelle arrive alors que les régulateurs fédéraux examinent de plus près la réglementation concernant les grandes technologies, y compris un règlement de 400 millions de dollars de Google pour le suivi des données et un examen accru des pratiques monopolistiques potentielles.

« Nous sommes ravis de résoudre ce problème », a déclaré le porte-parole de Google, José Castañeda, dans un communiqué. « Nous prenons au sérieux la conformité aux lois sur la publicité et avons mis en place des processus conçus pour nous assurer que nous respectons les réglementations et les normes de l'industrie en vigueur ».

Communiqué de la FTC

Les ordonnances proposées réglant les frais de la FTC sont conçues pour remédier au comportement prétendument illégal de Google et d'iHeartMedia. Entre autres, ils :
  • interdisent à Google de faire de fausses déclarations sur le fait qu'une personne donnant un avis [endorser] a possédé ou utilisé, ou [de faire de fausses déclarations] sur son expérience avec, certains produits ;
  • interdisent à iHeartMedia de déformer qu'une personne donnant un avis [endorser] a possédé ou utilisé, ou [de faire de fausses déclarations] sur son expérience avec, tout produit ou service de consommation ;
  • exigent que Google et iHeartMedia distribuent l'ordonnance à certaines personnes, déposent des rapports de conformité auprès de la Commission et conservent des enregistrements pour permettre à la FTC de s'assurer de la conformité.

Cette action s'appuie sur le travail de la FTC pour lutter contre les faux témoignages, les fausses critiques et autres recommandations trompeuses, notamment en défiant le détaillant de mode en ligne Fashion Nova pour sa pratique passée de suppression des critiques négatives, mettant plus de 700 spécialistes du marketing en garde contre les fausses critiques et autres avis trompeurs, sollicitant des commentaires du public sur les mises à jour proposées des guides d'approbation et publiant des conseils commerciaux sur la gestion des avis en ligne pour les spécialistes du marketing et les plateformes.


Google va payer 392 Mns $ pour régler des accusations de 40 États concernant l'historique de localisation

Plus tôt ce mois-ci, Google a été condamné dans une autre affaire. L'entreprise a accepté de payer 391,5 millions de dollars pour régler les accusations portées par 40 procureurs généraux. Ils ont accusé l'entreprise d'avoir induit les utilisateurs en erreur en leur faisant croire qu'ils avaient désactivé le suivi de la localisation dans leurs paramètres, mais Google a continué à collecter des informations sur leurs mouvements. Dans le cadre du règlement, Google a accepté « d'améliorer considérablement » ses informations sur le suivi de la localisation et les contrôles des utilisateurs à partir de l'année prochaine.

Les paramètres de l'historique des positions de Google lui ont causé des problèmes avec plusieurs organismes de réglementation. L'action a commencé après qu'un article de 2018 a souligné que la case à cocher « Historique des positions » ne contrôlait pas tout l'historique de localisation de Google sur l'ensemble de votre compte et que de nombreuses fonctionnalités de suivi de la localisation étaient gardées activées sous une deuxième case à cocher appelée « Activité sur le Web et les applications ». Les consommateurs peuvent désactiver la case à cocher « Historique des positions » en pensant qu'elle a arrêté tout suivi de localisation Google, mais ce n'était en fait que pour une seule fonctionnalité Google Maps. Google a perdu une affaire en Australie à propos de ce paramètre en 2021 et a récemment réglé un procès distinct avec l'Arizona pour 85 millions de dollars. Quelques autres États ont encore des poursuites en cours.

Une coalition de procureurs généraux de l'Oregon, de New York, de la Floride, du Nebraska et d'autres États allèguent que de 2014 à 2019, Google a induit les utilisateurs en erreur en leur faisant croire que leur emplacement avait été désactivé, mais l'entreprise a ensuite utilisé ces informations pour vendre des publicités personnalisées.

« Pendant des années, Google a donné la priorité au profit plutôt qu'à la vie privée de ses utilisateurs », a déclaré la procureure générale Rosenblum. « Ils ont été rusés et trompeurs. Les consommateurs pensaient qu'ils avaient désactivé leurs fonctionnalités de localisation sur Google, mais l'entreprise a continué à enregistrer secrètement leurs déplacements et à utiliser ces informations pour les annonceurs ».

Les données de localisation sont un élément clef de l'activité de publicité numérique de Google. Google utilise les données personnelles et comportementales qu'il collecte pour créer des profils d'utilisateurs détaillés et cibler les annonces. En fait, les données de localisation comptent parmi les informations personnelles les plus sensibles et les plus précieuses que Google collecte. Même une quantité limitée de données de localisation peut révéler l'identité et les routines d'une personne et peut être utilisée pour déduire des détails personnels.

« La protection de la vie privée des consommateurs est l'une des principales priorités de mon bureau. C'est pourquoi il est si important pour moi que l'Oregon ait joué un rôle clef dans ce règlement. Tant que nous n'aurons pas de lois complètes sur la protection de la vie privée, les entreprises continueront de compiler de grandes quantités de nos données personnelles à des fins de marketing avec peu de contrôles », a poursuivi Rosenblum.

Les procureurs généraux ont constaté que Google avait enfreint les lois nationales sur la protection des consommateurs en trompant les consommateurs sur ses pratiques de suivi de la localisation depuis au moins 2014. Plus précisément, Google a confondu ses utilisateurs quant à la mesure dans laquelle ils pouvaient limiter le suivi de la localisation de Google en ajustant les paramètres de leur compte et de leur appareil.

Source : FTC

Et vous ?

Êtes-vous surpris d'apprendre que Google ait eu recours à ces pratiques ?
Que pensez-vous de l'amende infligée à Google ainsi que des décisions qui l'accompagnent ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/11/2022 à 17:14
Je ne pensais pas qu'ils étaient malhonnête à ce point la c'est très décevant, quand on pense que des milliards de gens leurs ont confié leurs données via gmail et autres, c'est assez effrayant
5  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/12/2022 à 2:11
pourquoi ne pas aussi condamner les influenceurs ? Les deux sont coupables
5  0 
Avatar de Prox_13
Membre averti https://www.developpez.com
Le 01/12/2022 à 9:50
Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
pourquoi ne pas aussi condamner les influenceurs ? Les deux sont coupables
Entièrement d'accord; On ne parle pas d'un lien "Responsable - Employé", où la faute incomberait au responasable, mais bien un lien "Contractuel - Contractuel".
C'est trop facile pour les influenceurs de partir libre, avec de l'argent sale fait sur le dos de leurs victimes. Personne ne les a forcés à faire ceci, ils savaient parfaitement ce qu'ils faisaient ainsi que le caractère illégal de l'acte.
2  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 01/12/2022 à 0:34
9,4 millions de dollars, ce n'est pas grand chose à l'échelle de ₲oo₾£€.
1  0 
Avatar de OrthodoxWindows
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/12/2022 à 12:14
Citation Envoyé par Prox_13 Voir le message
Entièrement d'accord; On ne parle pas d'un lien "Responsable - Employé", où la faute incomberait au responasable, mais bien un lien "Contractuel - Contractuel".
C'est trop facile pour les influenceurs de partir libre, avec de l'argent sale fait sur le dos de leurs victimes. Personne ne les a forcés à faire ceci, ils savaient parfaitement ce qu'ils faisaient ainsi que le caractère illégal de l'acte.
Je suis totalement d'accord. D'autant plus que pour Google, le montant de l'amende n'est guerre dissuasif. Alors que pour les influenceurs, il y avait peut être moyen d'infliger une amende dissuasive.
1  0